— mustafa olgun / Shutterstock.com

Dans un rapport concernant les enfants, la nourriture et la nutrition, l’UNICEF signale qu’au moins un enfant de moins de cinq ans sur trois souffre de malnutrition. Environ deux cents millions d’enfants dans le monde souffrent notamment de sous-nutrition ou de surpoids, une situation alarmante qui est provoquée par des facteurs variés.

La sous-nutrition : une situation alarmante

D’après le rapport intitulé La Situation des enfants dans le monde 2019 – Enfants, nourriture et nutrition, 149 millions d’enfants sont trop petits pour leur âge ou présentent un retard de croissance, 50 millions d’enfants sont trop maigres pour leur taille et 340 millions d’enfants souffrent de « faim cachée », soit de carences alimentaires (vitamines et nutriments essentiels).

Les enfants souffrant de sous-nutrition sont plus nombreux que ceux souffrant de surpoids. Et bien que le nombre d’enfants qui ne sont pas assez nourris ait baissé de 40 % entre 1990 et 2005, le problème reste tout de même présent.

En outre, l’UNICEF a beaucoup insisté sur la « faim cachée » des enfants. Commençant dès le plus jeune âge avec le manque d’allaitement maternel et la consommation d’aliments inappropriés, elle est notamment susceptible d’entraver le développement de leur cerveau, de provoquer des problèmes liés à leur apprentissage et d’affaiblir leur système immunitaire, ce qui augmente significativement les risques d’infections et de décès.

Le surpoids et l’obésité ont augmenté dans les pays pauvres

Le rapport de l’UNICEF indique également que 40 millions d’enfants dans le monde souffrent actuellement de surpoids ou d’obésité. Selon Victor Aguayo, médecin en santé publique, ces deux formes de malnutrition touchaient principalement les pays riches par le passé, mais ce n’est désormais plus le cas.

Alors que les pays riches prennent de plus en plus de mesures pour lutter contre la consommation de malbouffe et d’aliments ultra-transformés, leur consommation a toutefois beaucoup augmenté à cause de leur récente accessibilité dans les pays pauvres. Or, le surpoids et l’obésité provoquent des problèmes cardiovasculaires, des infections et poussent l’enfant à avoir une mauvaise estime de soi à court terme. Et à long terme, ils provoquent le diabète et d’autres troubles métaboliques.

La malnutrition est donc un problème à ne pas prendre à la légère. « La façon dont nous comprenons et répondons à la malnutrition doit changer : il ne s’agit pas seulement de donner aux enfants assez à manger, il s’agit avant tout de leur donner la bonne alimentation », a déclaré Henrietta Fore, directrice de l’Unicef, dans un communiqué de presse.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de