La science ne cesse de progresser : la preuve avec cette nouvelle expérience réalisée par deux scientifiques. Le cerveau de l’un a réussi à contrôler la main de l’autre à distance grâce à un dispositif qui analyse les signaux du cerveau. Quand la science frôle les frontières de la fiction.

Nous sommes encore bien loin de pouvoir contrôler les mouvements d’autres personnes à l’aide de notre cerveau mais une expérience vient justement d’y parvenir. En effet, des chercheurs de l’Université de Washington ont réalisé avec brio une expérience non-invasive de communication brain to brain (cerveau à cerveau). A l’aide d’un système de capteurs électro-encéphalographiques (EEG), un premier chercheur (l’émetteur) envoie un ordre avec son cerveau à un second (le récepteur).

L’émetteur ordonne au récepteur, via ce système, d’appuyer sur la touche « feu » d’un clavier à un moment donné afin d’agir dans un jeu vidéo. Seule la personne qui donne l’ordre voit l’écran où s’affichent les images du jeu. Et effectivement, le second individu fait « feu » au bon moment. Impressionnant ! Les résultats de cette expérience suggèrent que des informations extraites de façon non-invasive d’un cerveau utilisant un EEG peuvent être transmises à un second cerveau utilisant un TMS (Transcranial Magnetic Stimulation) et ainsi permettre à deux personnes de coopérer à distance pour résoudre une problématique donnée via un transfert brain to brain direct de données.

Pour l’instant, l’expérience n’a été réalisée qu’à sens unique (émetteur-récepteur) mais les chercheurs sont bien décidés à développer la possibilité d’interaction entre deux cerveaux, le récepteur devenant émetteur et vice versa.

Un grand pas pour la science et une expérience qui mérite d’être développée, on trouve ça dingue de pouvoir collaborer avec une autre personne grâce à ce procédé et on rêverait de réaliser cette expérience par nous-mêmes. Même si on pense à la rédaction que ce genre d’innovations pourrait être utilisé à mauvais escient, on a hâte de voir ce concept se développer davantage ! Alors, pensez-vous qu’il faille développer cette technologie en vue d’une utilisation intéressante ou qu’elle est plutôt à craindre ?

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de