Plus tôt ce mois-ci, une étude a montré qu’Uber était en grande partie responsable des bouchons et de la pollution de l’air dans les grandes villes européennes comme Paris et Londres. Maintenant, un autre problème relatif à Uber a été dévoilé au grand jour et la société n’a pas pu obtenir un renouvellement de sa licence à Londres.

L’aptitude d’Uber à assurer la sécurité des voyageurs est mise en cause

À Londres, la société de location privée Uber a plus de 3,5 millions d’utilisateurs et 45 000 conducteurs, ce qui fait de la ville l’un des plus grands marchés de la société. Pourtant, Uber Technologies Inc. a perdu son permis d’exploitation à Londres après que le modérateur des transports de la ville, Transport for London, a découvert de nombreux cas de conducteurs non autorisés ayant eu recours à l’application d’Uber pour trouver des clients.

Les autorités ont en effet découvert que plus de 14 000 voyages avaient été effectués avec des conducteurs qui avaient faussé leur identité sur l’application de l’entreprise. Un certain nombre de ces comptes Uber frauduleux appartenait à des personnes ayant déjà été bannies, profitant d’une faille de sécurité du site pour le réintégrer. Par ailleurs, il a également été découvert que certains conducteurs n’avaient pas de permis de conduire et/ou d’assurance valides. Pour les autorités, cela signifie qu’Uber n’est pas apte à assurer la sécurité de ses utilisateurs.

Helen Chapman, directrice des octrois de licences de Transport for London, a déclaré dans un communiqué de presse : « Bien que nous reconnaissions qu’Uber a apporté des améliorations, il est inacceptable qu’Uber ait autorisé les passagers à prendre des véhicules avec des conducteurs potentiellement sans licence et sans assurance. » Transport for London a donc officiellement annoncé sa décision de ne pas renouveler le permis d’exercer d’Uber au terme d’une période de probation de deux mois, accordée en septembre.

À noter qu’Uber avait déjà perdu sa licence à Londres en 2017, mais avait obtenu deux décisions de prolongation de son activité, dont la dernière a donc expiré le 25 novembre à minuit. Après expiration, Uber est encore autorisé à opérer pendant 21 jours et à faire appel pour interjeter la décision de Transport for London. Pour pouvoir renouveler sa licence, Uber devra convaincre un tribunal qu’il est « apte à l’emploi » au moment de l’appel.

— MagicBones / Shutterstock.com

Une décision qui fait des vagues

Le PDG d’Uber, Dara Khosrowshahi, n’a pas tardé à écrire un post sur Twitter pour exprimer sa désapprobation. Il a réagi en qualifiant la décision de « mauvaise ». Uber UK a également annoncé via Twitter que la société continuerait à fonctionner normalement et que la société allait faire appel. De leur côté, les utilisateurs d’Uber ont été prompts à critiquer cette décision prise par les autorités londoniennes, évoquant le fait qu’ils n’avaient pas les moyens de prendre de vrais taxis.

Le maire de Londres, Sadiq Khan, a également essuyé les critiques pour avoir soutenu la décision de Transport for London. Il a notamment déclaré dans un communiqué de presse : « Je sais que cette décision peut être impopulaire auprès des utilisateurs d’Uber, mais leur sécurité est la préoccupation primordiale. La réglementation est là pour assurer la sécurité des Londoniens et le respect total des normes strictes de TfL est obligatoire pour les opérateurs de location privés qui souhaitent obtenir une licence pour exercer leur activité à Londres. »

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de