Rencontrez Tsutomu Yamaguchi, le seul homme à avoir survécu aux bombes atomiques d’Hiroshima et Nagasaki

Sans forcément agir sur elle, certains personnages ont marqué l’Histoire, malgré eux. C’est le cas de Tsutomu Yamaguchi, un Japonais dont on ne saurait dire s’il fut chanceux ou malchanceux. Car en août 1945, il a survécu aux deux bombardements nucléaires qui s’abattirent sur le Japon. SooCurious vous raconte son histoire.

En août 1945, Tsutomu Yamaguchi, ingénieur en construction navale de 31 ans, se trouve à Hiroshima depuis quelques mois. Présent dans la cité nippone pour affaires, il prévoit de partir le 6 août. En se rendant à la gare, cependant, Tsutomu assiste au pire.

 

Le bombardement d’Hiroshima 

Hiroshima

Impuissant, l’ingénieur japonais voit tomber Little Boy, la première bombe nucléaire larguée sur une population civile. Mais l’homme fait partie des miraculés du massacre, et devient un « hibakusha », un « survivant de la bombe » en japonais. Autour de lui, l’horreur : 140 000 morts et une radiation nucléaire extrême.

Brûlé sur le haut du corps, Tsutomu Yamaguchi ne voit ni n’entend plus rien. Courageux, il se traine tant bien que mal dans un abri de fortune, avec d’autres rescapés, et y passe la nuit. Dès le lendemain, et pour retrouver sa famille au plus vite, l’homme rentre chez lui… à Nagasaki.

 

Le bombardement de Nagasaki

Nagasaki

Pourtant encore très touché physiquement mais fidèle à la culture japonaise, faite d’un sacrifice personnel extrême au nom du travail, Tsutomu reprend très vite son activité. Le 9 août, alors qu’il raconte le drame dont il a été témoin, il subit le pire, une deuxième fois. De nouveau, il survit à une bombe atomique. Mais son calvaire ne s’arrête pas là.

Car les survivants d’une explosion nucléaire, outre les dommages physiques immédiats que leur corps subit, comme les brûlures, la surdité ou l’aveuglement, sont marqués à vie. Déjà psychologiquement, puis physiologiquement, en interne. Et peu à peu, Tsutomu voit mourir ses proches.

Tsutomu-Yamaguchi-5

Sa femme, puis l’un des fils de Tsutomu Yamaguchi décèdent de cancers généralisés. Et vient ensuite le tour de son second fils, en 2005. Cette année-là, l’ingénieur retraité renonce à se taire plus longtemps. Car il en est persuadé, le nucléaire n’a pas seulement manqué de le tuer par deux fois, il lui a aussi pris sa famille. Alors à 89 ans, il décide de partir en croisade contre ce type d’armement.

Plus de 60 ans après les deux bombes, l’homme écrit un livre, (« Nagasaki-Hiroshima : deux fois atomisé ») et se rend dans les lycées. Sa vie désormais, consiste à relater son effroyable témoignage. Car de tous les hommes encore présents sur Terre, c’est bien lui qui a le plus souffert du nucléaire. Et ce n’est pas fini : même s’il survit jusqu’au 4 janvier 2010 et atteint l’âge de 93 ans, Tsutomu décède finalement d’un cancer de l’estomac. Il aura eu le temps de survivre à deux bombes atomiques, de voir mourir ses proches, avant qu’enfin, la mort ne vienne prendre son dû.

Tsutomu-Yamaguchi-2

La vie de Tsutomu Yamaguchi est incroyable et terrifiante en même temps car elle illustre à elle seule toute la dangerosité du nucléaire. Son expérience, comme ses témoignages, auront au moins eu le mérite, espérons-le, d’alerter les générations suivantes sur ce sujet. Si ce type de destins atypiques vous intéresse, découvrez cet hommage à Ray Tomlinson, l’homme qui a révolutionné le monde en inventant l’email.


Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux