— Evan El-Amin / Shutterstock.com

À un peu plus d’un mois de l’élection présidentielle américaine, un nouveau scandale ébranle la campagne du président sortant, Donald Trump. Selon de nouvelles révélations explosives, Trump n’aurait pas payé d’impôts fédéraux pendant quinze ans avant 2016.

Des révélations qui tombent mal pour la campagne de Trump

Un rapport choc du New York Times a révélé que le président américain Donald Trump n’a payé pratiquement aucun impôt pendant environ deux décennies. Ces révélations tombent très mal pour le candidat à la présidentielle, étant donné les critiques auxquelles il fait déjà face à cause de sa gestion de la pandémie de Covid-19. Plus précisément, au cours des 11 des 18 années examinées par le Times, Trump n’a payé aucun impôt sur le revenu au gouvernement fédéral. De plus, en 2016 et 2017 – année de son élection et sa première année en tant que président des États-Unis – il n’a payé que 750 dollars d’impôts par an.

Pour justifier ce manquement au devoir de citoyen, de grandes pertes de profit de ses diverses entreprises ont été évoquées. Pourtant, le rapport a également révélé que si les impôts aux États-Unis n’ont pas été payés, cela n’a pas été le cas pour ses investissements dans d’autres pays. « En 2017, la contribution de 750 dollars du président aux opérations du gouvernement américain a été éclipsée par les 15 598 dollars que lui-même ou ses entreprises ont versés au Panama, les 145 400 dollars en Inde et les 156 824 dollars aux Philippines », a pointé du doigt le rapport.

Par ailleurs, évoquer des difficultés économiques pour justifier le non-paiement de ses impôts peut sembler assez étrange dans la mesure où Trump a vécu dans l’opulence et qu’il a grandement misé sur son statut de « magnat » durant sa précédente campagne. Et si Trump a toujours mis un point d’honneur à faire étalage de sa fortune, c’est le premier président américain à ne pas avoir partagé ses déclarations de revenus avant sa prise de pouvoir. « En fin de compte, M. Trump a mieux réussi à jouer au magnat des affaires plutôt que d’en être un dans la vraie vie », a noté le Times.

Des informations farouchement rejetées par Donald Trump

Face à ce manque de transparence de la part de Donald Trump, le journal a promis des rapports supplémentaires sur les déclarations de revenus de l’homme politique. Face au scandale, Donald Trump s’est défendu en qualifiant le rapport de « fake news », accusant le Times de diffamation à l’approche des élections. « Ce sont des informations bidon, totalement inventées », a-t-il affirmé durant une conférence de presse. Il s’est également justifié dans une série de tweets, affirmant qu’il avait payé des millions de dollars d’impôts, et qu’il a beaucoup plus d’actifs que de dettes. Il n’a cependant pas pu fournir de preuves à ces affirmations.

Malgré ses justifications, le rapport du Times affirme que l’empire immobilier de Trump est effectivement en difficulté financière et que ce dernier aura encore à rembourser 421 millions de dollars en prêts et autres dettes. Or, les échéances de la plupart de ces dettes devraient arriver au cours des quatre prochaines années. Si ces informations sont exactes, cela pourrait créer de graves problèmes de sécurité nationale, a rapporté CNN. En effet, si Trump est réélu, cela pourrait être une vulnérabilité que ses adversaires pourraient exploiter pour lui porter préjudice – et par extension, pour porter préjudice aux États-Unis.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de