Les ours sont plus que jamais menacés ― ArCaLu / Shutterstock.com

Déconstruire pour mieux régner. Telle serait la devise de l’actuel locataire de la Maison-Blanche, Donald Trump. Depuis son élection en novembre 2016, le 46e président des États-Unis prend un malin plaisir à défaire ce que l’administration Obama avait mis en place. Et cette fois ne fait pas office d’exception. En effet, Trump a validé une loi controversée qui permet aux chasseurs de traquer des ours en Alaska en toute légalité.

Une mesure jugée « cruelle »

Si cette décision ne passe pas du tout chez les associations de défense des animaux, c’est aussi pour le caractère féroce et injuste de la loi. Cette dernière, que Trump était en train de promulguer lorsque nos confrères du Guardian l’ont dévoilée, vient d’être officialisée. Dans les informations collectées et rapportées par le journal britannique, on apprend que cette fameuse loi autorise les chasseurs des réserves nationales de l’Alaska à s’attaquer aux ours mais aussi aux loups et coyotes ainsi qu’à leurs petits, et ce, jusque dans leurs tanières !

Alors que l’administration Obama avait établi une loi permettant de régulariser « naturellement » la population d’animaux sauvages en Amérique (notamment en interdisant l’appât des ursidés hors de leurs tanières avec des donuts pour les abattre plus facilement – méthode dont raffolent les chasseurs), Trump élargit de son côté leur traque. Un changement de direction jugé « incroyablement cruel » par Jesse Prentice-Dunn, directeur du Center for Western Priorities, une organisation qui lutte pour la protection des écosystèmes.

Plus de liberté pour les chasseurs

Bien que cette décision n’enchante pas tout le monde, elle trouve néanmoins des partisans. David Vela, le directeur du National Park Service où la loi prendra effet, a assuré que ce changement « alignerait plus étroitement les réglementations sur la chasse et le piégeage avec celles établies par l’État de l’Alaska ». 

Il faut savoir que l’Alaska permet à quelques exceptions la chasse aux oursons dans certaines régions intérieures de l’État. Même si cette règle ne devrait pas disparaître, elle devrait en revanche autoriser les chasseurs à tuer sans distinction ours noirs, femelles et oursons, sans oublier les loups, les coyotes ou encore les caribous. En résumé, si l’Alaska limitait la chasse aux ours et oursons aux régions intérieures de l’État, la nouvelle loi promulguée par le président Trump autorisera des exceptions dans des zones plus reculées du 49e État.

Jesse Prentice-Dunn ne mâche pas ses mots lorsqu’il affirme que ce changement n’est que « le dernier d’une série d’efforts visant à réduire la protection de la faune sauvage américaine à la demande des compagnies pétrolières et des chasseurs de trophées ». 

Une mesure de plus prise par l’administration Trump visant à réduire et détruire encore un peu plus les écosystèmes en danger. 

Et vous, que pensez-vous de cette loi ?

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de