La vérité sur le Triangle des Bermudes, ce lieu où des centaines de navires et avions ont disparu

La vérité sur le Triangle des Bermudes, ce lieu où des centaines de navires et avions ont disparu

Vaste zone océanique entre la Floride, Porto Rico et les Bermudes, le « Triangle du Diable » est réputé pour être un lieu maudit où auraient disparu des dizaines de navires et d’avions au fil des siècles. Lumière sur ce lieu aussi légendaire que mystérieux qui n’a cessé de fasciner les scientifiques au fil des décennies.

LE « TRIANGLE DU DIABLE »

Le 8 octobre 1492, Christophe Colomb fait pour la première fois référence à la zone du Triangle des Bermudes dans son journal de bord. Après avoir consulté sa boussole, ce dernier a remarqué qu’elle donnait des lectures étranges, mais il n’a pas souhaité avertir son équipage de cet incident, de peur de semer la panique à bord.

Durant les siècles suivants, d’autres problèmes de boussole signalés dans la zone donnent naissance au mythe du Triangle des Bermudes, voulant que tous les appareils de navigation cessent de fonctionner dans cette zone, et il faut attendre 1970 pour que la Garde côtière américaine publie un communiqué tentant d’expliquer le phénomène.

Au fil des siècles, de nombreux navires ont disparu dans le Triangle des Bermudes

« Le « Triangle du Diable » est l’un des deux seuls endroits sur terre où une boussole pointe vers le nord vrai et non vers le nord magnétique. Cette variation est connue sous le nom de « déclinaison magnétique ». Si le navigateur ne prend pas en compte cette variation d’environ 20 degrés, il est amené à dévier fortement de sa trajectoire et peut se retrouver en difficulté. »

Le Triangle des Bermudes s’étend entre la Floride, Porto Rico et les Bermudes

Cependant, bien que cette variation soit souvent présentée comme la cause principale des nombreux naufrages ayant eu lieu dans le Triangle des Bermudes, elle est connue des capitaines et explorateurs depuis des siècles, et n’a en soi rien d’insurmontable pour un navigateur aguerri.

En 2005, la garde côtière a décidé de réexaminer la question après qu’un producteur londonien s’est renseigné sur le sujet pour les besoins de son prochain documentaire :

« De nombreux articles ont affirmé à tort que le Triangle des Bermudes possédait des propriétés magnétiques surnaturelles, responsables du naufrage de nombreux navires. S’il est vrai que des valeurs magnétiques exceptionnelles ont été relevées dans la zone, aucune ne fait du Triangle un lieu surnaturel. »

« S’IL EST VRAI QUE DES VALEURS MAGNÉTIQUES EXCEPTIONNELLES ONT ÉTÉ RELEVÉES DANS LA ZONE, AUCUNE NE FAIT DU TRIANGLE UN LIEU SURNATUREL »

Pour comprendre les origines de la légende moderne du Triangle des Bermudes, il faut remonter à 1950, lorsqu’un article écrit par un certain Edward Van Winkle évoque plusieurs cas de disparition de navires et d’avions survenus dans la zone.

Parmi eux, cinq torpilleurs de la marine américaine disparus le 5 décembre 1945, et deux avions de ligne, le « Star Tiger » et le « Star Ariel », disparus respectivement le 30 janvier 1948 et le 17 janvier 1949. Au total, pas moins de 135 personnes ont disparu sans laisser de traces alors qu’elles se trouvaient dans le Triangle des Bermudes.

En 1955, le livre « The Case for the UFO » de M.K Jessup estime que des formes de vie extraterrestres seraient responsables de ces disparitions, puisque aucun corps ou épave n’a été retrouvé dans la zone. Neuf ans plus tard, Vincent H. Gaddis, qui a été le premier à utiliser l’expression « Triangle des Bermudes », soutient quant à lui que près de 1 000 vies auraient été réclamées par la zone.

Il faut finalement attendre 1975 pour que Larry Kusche publie « The Bermuda Triangle Mystery : Solved » et démontre que les chiffres ont été largement exagérés. Dans cet ouvrage, Kusche prouve également que de nombreux évènements considérés comme mystérieux sont parfaitement explicables et que certaines disparations ont été purement et simplement inventées.

EN 1975, L’OUVRAGE DE KUSCHE PROUVE QUE LES CHIFFRES ONT ÉTÉ EXAGÉRÉS ET DÉMONTE LES THÉORIES FARFELUES ÉCHAFAUDÉES DURANT LES ANNÉES 1950 AU SUJET DU TRIANGLE DES BERMUDES

Ce livre s’avère si documenté qu’il met fin en partie au battage médiatique autour du Triangle des Bermudes. Incapables de réfuter ses conclusions, les auteurs de théories fantaisistes visés par Kusche sont moqués et tournés en ridicule.

En réalité, le nombre de disparitions dans le Triangle des Bermudes ne s’avère pas plus élevé que dans tout autre zone de navigation bénéficiant d’un trafic maritime similaire, et la grande majorité d’entre elles a probablement à voir avec les caractéristiques uniques de la région.

Forts courants sous-marins, tempêtes tropicales et explosions de poches de gaz sous-marines sont considérés comme les principales causes des naufrages recensés dans le Triangle des Bermudes

Il y a tout d’abord le Gulf Stream, un courant océanique chaud réputé pour être extrêmement puissant et turbulent et capable d’effacer rapidement toute preuve d’un naufrage. Viennent ensuite les fortes vagues générées par les tempêtes tropicales imprévisibles qui sévissent dans la zone, font dévier les navires de leur trajectoire et peuvent les projeter sur les récifs. Plus récemment, les scientifiques ont estimé que l’explosion d’énormes poches de gaz sous-marines pouvaient induire une perte de flottabilité pour les navires et une perte de portance pour les aéronefs.

Enfin, il ne faut pas sous-estimer le facteur humain : de nombreux bateaux de plaisance effectuent la traversée de la zone, et les accidents par manque de préparation ou d’expérience sont courants.

Pour aller plus loin, percez également le mystère du Hollandais Volant, ce navire fantôme légendaire.

L’expression “mettre la pâtée” vient de la bataille de Patay où Jeanne D’Arc a battu à plate couture les Anglais

— @DailyGeekShow