Chaque jour, les chercheurs tentent de développer des alternatives plus écologiques afin de rouler, sans polluer davantage la planète. L’une d’entre elles attire actuellement tous les regards car elle permet de produire du carburant à partir de l’eau de mer.

UNE ÉLECTROLYSE AMÉLIORÉE ?

Pour créer cette alternative écologique, les chercheurs de l’Université de Stanford se sont inspirés d’une méthode déjà connue : l’électrolyse. Celle-ci consiste à placer une source d’énergie reliée à 2 électrodes dans l’eau. Une fois alimentée en électricité, chaque électrode voit émerger l’un des composants de l’eau : l’hydrogène et l’oxygène.

Toutefois, cela est plus difficile à mettre en place dans l’eau de mer à cause de la forte concentration en sel. L’élément favorise la corrosion et endommage rapidement les appareils. D’anciennes études menées sur le sujet faisaient également état d’une faible production de courant électrique. Mais les chercheurs ont décidé de contrer ce problème via une multiplication de couches.

En combinant énergie solaire et eau de mer, on peut créer de l’hydrogène

LA DURÉE DE VIE DES ÉLECTRODES DÉCUPLÉE

Il a suffi à l’équipe d’Hongjie Dai, co-auteur de l’étude, de placer plusieurs couches d’hydroxyde de nickel et de fer sur du sulfure de nickel. Le dispositif protégé par ces épaisseurs produit de l’hydrogène plus rapidement et en plus grande quantité. Cela permet à l’électrode de repousser le chlorure de sodium à la manière d’un aimant qui en repousse un autre.

Grâce à ces couches protectrices, l’électrode peut durer plus de mille heures dans l’eau de mer contre 12 heures en temps normal. Enfin, le tout est alimenté en énergie grâce à un panneau solaire. Michael Kenney, l’un des étudiants ayant participé à ces travaux, s’est exprimé sur le sujet : « Ce qui est impressionnant dans cette étude, c’est que nous avons été en mesure de générer des courants électriques qui sont les mêmes que ceux utilisés dans l’industrie aujourd’hui ».

UNE IDÉE SIMPLE MAIS TRÈS EFFICACE

Hongjie Dai et Michael Kenney sont satisfaits de cette découverte mais ils reconnaissent qu’elle est bien plus simple qu’ils ne pensaient. Le spécialiste a d’ailleurs raconté « Si nous avions eu une boule de cristal il y a trois ans, cela aurait été fait en un mois ».

L’élaboration a mis plus de temps que prévu mais elle ouvre aujourd’hui la voie à de nouvelles utilisations. Parmi les pistes évoquées, on trouve la production d’oxygène dans les profondeurs pour les plongeurs ou les sous-marins.

L’eau de mer a le potentiel de devenir un important générateur d’énergie

COMMENTEZ
1

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
pierre-67 Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
pierre-67
Invité
pierre-67

N’importe quoi encore cet article! Il ne s’agit pas du tout de générer de l’énergie avec l’eau de mer!! L’eau de mer dans cette expérience ne sert que de support pour transformer de l’énergie solaire en hydrogène, qui est une autre source d’énergie. L’opération implique nécessairement des pertes d’énergie d’ailleurs.… Lire la suite »