S’appuyant sur un tout nouveau mode d’action longue durée pour traiter le VIH, cette nouvelle molécule développée par le laboratoire pharmaceutique Gilead pourrait notamment être utilisée contre les souches du virus devenues résistantes à d’autres traitements.

Limiter la capacité du virus à infecter d’autres cellules et le rendre plus vulnérable aux attaques du système immunitaire

Dans le cadre de travaux récemment présentés dans la revue Nature, des chercheurs ont mis au point un médicament expérimental appelé lenacapavir (GS-6207), permettant de réduire de manière significative la charge virale d’une personne infectée par le VIH pendant six mois, et avec une seule dose. Diverses études cliniques de phase 1 ont montré que le composé était globalement sûr et bien toléré par les patients. Une seule injection a entraîné une baisse substantielle de la charge virale dans le plasma sanguin après neuf jours, tandis que des « concentrations antivirales actives » étaient toujours présentes plus de six mois après celle-ci.

« Ces résultats soulignent le potentiel du lenacapavir comme agent à action prolongée pour traiter le VIH, y compris chez les personnes présentant une résistance multi-classe, et soutiennent l’évaluation clinique actuellement menée en combinaison avec d’autres agents antiviraux », explique Gilead. « En travaillant à la création d’options de traitement efficaces, indépendamment de la capacité d’une personne à respecter la prise quotidienne de médicaments par voie orale, notre objectif est d’aider les personnes vivant avec le VIH à conserver une charge virale indétectable, et de prévenir de nouvelles infections chez les personnes à risque. »

La substance agit en isolant une protéine du VIH appelée capside, n’étant pas ciblée par les traitements actuels. En se liant à la protéine et en la perturbant, le médicament affaiblit l’enveloppe extérieure du VIH, rendant le virus moins capable d’infecter d’autres cellules et plus vulnérable aux attaques du système immunitaire. Et bien que les études contrôlées par placebo et en double aveugle soient préliminaires et des recherches supplémentaires nécessaires, les auteurs de l’article qualifient le lenacapavir « d’outil potentiellement déterminant dans les efforts pour mettre fin à l’épidémie mondiale de VIH ».

― S_L / Shutterstock.com

Des composés à action prolongée pour simplifier le quotidien et accroître l’efficacité des traitements

Le médicament pourrait être utilisé contre les souches de VIH devenues résistantes à d’autres traitements, ou conduire à la mise au point d’une prophylaxie (processus visant à prévenir l’apparition, la propagation ou l’aggravation d’une maladie) à action prolongée. Cependant, son attribut le plus intéressant pourrait être de fournir une alternative utile à la prise quotidienne typique de pilules pouvant s’avérer contraignante pour de nombreux patients.

« Les schémas posologiques à un seul comprimé par jour ont considérablement simplifié le quotidien des personnes vivant avec le VIH ou risquant de le contracter. Cependant, pour certains, prendre une pilule quotidienne pour traiter ou prévenir le VIH est un véritable défi », a estimé le laboratoire pharmaceutique. « La faible adhésion aux prises quotidiennes par voie orale peut être due à de nombreuses raisons, notamment un mode de vie chargé, l’oubli ou même la stigmatisation, et constitue la principale raison de l’échec du traitement antiviral et de la prévention. »

Bien que les résultats de la recherche soient prometteurs, il est toutefois peu probable que le lenacapavir révolutionne à lui seul le traitement et la prévention du VIH. Certaines souches du virus ont en effet montré une résistance au médicament, alors que les experts ont averti qu’une résistance supplémentaire pourrait se développer.

Les traitements quotidiens actuels du VIH nécessitant une combinaison de médicaments agissant ensemble afin de réduire la probabilité que des résistances ne surviennent, Gilead travaille à la mise au point d’autres médicaments à action prolongée qui pourraient être utilisés en association avec le lenacapavir.

― wavebreakmedia / Shutterstock.com

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de