Ce traitement révolutionnaire contre l’eczéma est conçu à partir des personnes infectées

Si soigner le mal par le mal suscite bien des débats, il y a des domaines dans lesquels cette pratique peut porter ses fruits. À l’image de cette récente étude, qui prouve que l’on peut traiter des maladies de peau comme l’eczéma par exemple, en créant des lotions « personnalisées » à partir de nos propres bactéries. 

De quel constat sont partis les chercheurs ?

Notre peau est peuplée d’une multitude de bactéries. Si certaines sont saines et d’autres nocives, le rapport des « bonnes » ou « mauvaises » n’est pas toujours le même en fonction des personnes. Ce déséquilibre pourrait expliquer pourquoi certaines personnes développent la dermatite atopique (DA), la forme la plus courante de l’eczéma, qui enflamme et irrite la peau.

 » Les personnes atteintes de ce type d’eczéma, pour une raison inconnue, ont beaucoup de bactéries sur la peau, mais il s’agit des mauvaises bactéries « , a déclaré à l’Associated Press le dermatologue Richard Gallo de l’UC San Diego.  » Ils ne produisent pas les antimicrobiens dont ils ont besoin.  »

Personne atteinte d’eczéma atopique

Comment a débuté cette étude ?

Pour connaître la composition de ces populations de bactéries, Gallo et son équipe ont examiné des prélèvements de culture cutanée de 30 personnes en bonne santé et de 49 sujets atteints de DA.

Après le dépistage de milliers de colonies de bactéries, ils ont constaté que la peau des personnes en bonne santé est riche en deux espèces bactériennes – Staphylococcus hominis et Staphylococcus epidermis. Ces deux bactéries sont connues pour se défendre contre un type de bactérie plus nuisible, Staphylococcus aureus, autrement appelé Staphylocoque Doré, bactérie résistante à la méthicilline.

Les dermatologues ne savent pas si le S. aureus provoque effectivement la dermatite atopique, mais il a été démontré que les « bonnes » bactéries peuvent défendre l’organisme contre les symptômes de l’AD, notamment dans des études remontant jusqu’aux années 1990 démontrant que la densité des colonies S. aureus est liée à l’inflammation et la gravité de l’eczéma.

Staphylucoccus aureus au microscope

Comment s’est-elle déroulée ?

Dans les recherches de Gallo, l’équipe a constaté que les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ne présentent pas de grandes populations de S. hominis et S. epidermis, tandis que S. aureus a été trouvé en abondance.

Pour voir s’il serait possible de donner, aux personnes ayant de faibles niveaux de ces bactéries bénéfiques, un coup de pouce, les chercheurs ont isolé S. hominis et S. epidermis de cinq participants présentant des symptômes de l’eczéma. Après l’isolement de souches qui luttent contre S. aureus grâce à la production de protéines appelées peptides antimicrobiens (AMP), l’équipe a développé davantage de ces bactéries dans le laboratoire.

Une fois qu’ils ont stimulé le nombre de populations de ces bactéries saines, les chercheurs les ont mélangées dans un hydratant, donnant à chaque participant une lotion de peau personnalisée provenant de leur propre microbiome.

Croissance de bactéries dans des boîtes de Pétri via Depositphotos

Résultats

En appliquant la lotion aux bras des participants pour leur donner environ la même quantité de bactéries bénéfiques que les participants en bonne santé – environ 100 000 unités par centimètre carré de peau, les chercheurs ont constaté que les S. aureus disparaissent complètement de la peau de deux des patients en seulement 24 heures, tandis qu’ils baissent significativement chez les trois autres.

Les chercheurs n’ont pas annoncé si les symptômes physiques de la dermatite atopique ont diminué en même temps que le nombre de S. aureus, mais ils sont confiants, convaincus qu’il s’agit de la base d’un traitement.

Les chercheurs ont créé une lotion via Depositphotos

Quelles conclusions à tirer de cette étude ?

Par rapport aux antibiotiques à large spectre qui tuent une large gamme de bactéries, bonnes et mauvaises, la technique des chercheurs leur permet de cultiver des souches qui ne ciblent que les bactéries nuisibles.

 » Les antibiotiques ciblent non seulement S. aureus, mais tuent également les bactéries bénéfiques « , a déclaré Gallo.  » Notre approche a identifié des antimicrobiens qui ont évolué pour tuer S. aureus tout en laissant les bonnes bactéries seules.  »

Prochaine étape ?

Il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’une très petite étude jusqu’à présent, la lotion ayant été testée sur cinq participants pendant une courte période. En effet, les participants n’ont appliqué la crème qu’une seule fois, et les résultats ont été vérifiés 24 heures plus tard.

Toutefois, il y a des raisons d’être optimiste, l’équipe menant maintenant une étude clinique beaucoup plus vaste, impliquant 60 patients utilisant des lotions personnalisées pour des périodes plus longues – jusqu’à des semaines et des mois de durée – pour voir comment les traitements se déroulent à long terme.

« C’est un grand pas vers l’utilisation de thérapies microbiennes pour traiter les maladies de peau », a déclaré l’immunologue Shruti Naik de l’Université Rockerfeller, qui n’était pas impliqué dans l’étude.

Les résultats sont rapportés dans Science Translational Medicine via Depositphotos

Accompagnez-nous sur les réseaux sociaux