cancer prostate
— Juice Flair / Shutterstock.com

Le cancer de la prostate est l’un des types de cancer les plus fréquents, qui touchera un homme sur six au cours de sa vie. Si les procédures actuelles se révèlent globalement invasives, un nouveau traitement pourrait le guérir rapidement sans endommager les tissus sains.

Le dispositif Nanoknife

Les médecins de l’University College London Hospital (UCLH) ont utilisé le dispositif Nanoknife pour réaliser une procédure mini-invasive guidée par l’image sur six patients britanniques atteints de cancer de la prostate. Guidées à l’aide de données IRM, de fines aiguilles ont été insérées à travers la peau des patients à proximité du site de leurs tumeurs. De courtes impulsions électriques ont ensuite été tirées, entraînant la désintégration des cellules tumorales. L’intervention n’a duré qu’une heure et les patients sont sortis de l’hôpital le jour même.

« Les cellules dont la paroi est trouée sont un peu comme des navires qui coulent », illustre Michael Moser, chirurgien canadien ayant utilisé avec succès la procédure expérimentale. « Elles finissent par s’effondrer et mourir. »

Auparavant, les seuls traitements ciblés du cancer de la prostate étaient la cryothérapie et les ultrasons focalisés, n’étant disponibles que dans quelques grands centres spécialisés du sud de l’Angleterre. Les médecins espèrent maintenant voir cette nouvelle technique, par ailleurs plus simple à maîtriser, être étendue à d’autres centres hospitaliers du Royaume-Uni.

cancer prostate
— Image Point Fr / Shutterstock.com

Les données recueillies sur trois ans montrent que le taux de retraitement des patients traités par Nanoknife n’est que de 10 %, contre 25 % à cinq ans pour la cryothérapie et la thérapie par ultrasons focalisés de haute intensité. Similaire à ceux d’autres traitements ciblés, le taux d’incontinence atteint 1 %, contre 10 à 20 % pour les patients ayant subi une chirurgie traditionnelle, tandis que neuf sujets sur dix ont déclaré conserver une bonne fonction érectile.

D’importantes implications

La procédure pouvant être réalisée avec une très grande précision, les tissus sains environnants sont épargnés et les patients n’ont pas à composer avec les effets secondaires observés après une intervention chirurgicale classique, impliquant généralement l’ablation de la glande et pouvant être suivie de séances de radiothérapie pour réduire le risque de récidive.

Le Nanoknife s’avère particulièrement salvateur dans le cas où les tumeurs se développent dans des endroits difficilement accessibles. En 2017, il avait été utilisé avec succès sur un patient atteint d’un cancer du pancréas, dont la tumeur enroulée autour d’un vaisseau sanguin avait initialement été jugée impossible à retirer entièrement.

Outre ceux de la prostate et du pancréas, l’approche pourrait potentiellement être étendue à d’autres types de cancer, notamment celui du rein qui nécessiterait autrement l’ablation de l’organe.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments