Une découverte incroyable : la dague de Toutânkhamon a été forgée avec une matière extraterrestre

Les grands pharaons de l’Egypte antique étaient inhumés avec leurs biens les plus précieux, ceux qu’ils souhaitaient emporter avec eux après la mort. Parmi ses nombreux biens, le célèbre Toutânkhamon a emporté avec lui une dague. Et aussi étonnant que cela puisse paraître, des chercheurs ont découvert que celle-ci était d’origine… extraterrestre !

Âgé de seulement 18 ans à l’heure de sa mort, Toutânkhamon a connu un règne plutôt court, estimé entre -1336/-1335 et -1327. Pourtant, il est l’un des pharaons les plus célèbres de l’histoire, et notamment grâce à la « malédiction du pharaon » qui est profondément ancrée dans la culture populaire.

toutankhamon-dague-meteorite-extraterrestre-4

C’est le 4 novembre 1922 que Howard Carter a découvert le tombeau de Toutânkhamon. Seulement quelques jours après cette incroyable trouvaille, le canari de l’égyptologue britannique fut dévoré par un cobra. Un reptile qui était alors considéré comme « le serpent des pharaons ». Pour les ouvriers présents sur les lieux, cela ne fait aucun doute : c’est un mauvais présage.

Moins d’un an plus tard, au mois de mars 1923, le commanditaire de l’expédition, Lord Carnarvon, fut pris de violents frissons, de sueurs, de fièvre : il décède des suites d’une pneumonie combinée à une septicémie. Les journalistes voient alors en Carnarvon la première victime d’une malédiction et ont dressé au cours des douze années suivantes, une liste de 27 personnes proches de l’expédition qui sont mortes dans des conditions suspectes. C’est ainsi qu’est née la fameuse « malédiction du pharaon » qui a rendu si célèbre Toutânkhamon et qui consisterait en des sorts magiques qui auraient été posés sur le tombeau de ce dernier pour en protéger ses trésors.

Howard Carter
Howard Carter

Parmi ses trésors, justement, se trouvait une dague d’une trentaine de centimètres. Eh bien, plus de 3 000 ans plus tard, à notre époque actuelle, des chercheurs italiens et égyptiens ont analysé sa lame grâce à une technologie non destructrice (sous des rayons X) pour en connaître le matériau exact.

C’est ainsi qu’ils ont pu découvrir que la lame de cette fameuse dague était composée de 11 % de nickel et 0,6 % de cobalt : des taux correspondant à ceux trouvés dans les… météorites de fer ! C’est dans la revue Meteoritics and Planetary Science que Daniela Comelli, responsable du département de physique de Milan Polytechnic, explique : « Le fer météoritique est clairement indiqué par la présence d’un haut pourcentage de nickel. Les autres artefacts affichent 4 % de nickel, au mieux, alors que la dague du pharaon, elle, contient près de 11 % de nickel ! »

toutankhamon-dague-meteorite-extraterrestre-1

Motivés par cette découverte, les scientifiques ont continué leurs recherches afin de retrouver la météorite qui aurait pu servir à la confection de cette lame. Daniela Comelli poursuit ainsi : « Nous avons cherché toutes les météorites répertoriées dans un périmètre de 2000 km autour de la mer Rouge, et nous avons fini avec 20 météorites de fer. Il n’y en a qu’une, nommée Kharga, qui est possiblement cohérente avec la composition de la lame. »

Mais ne vous y trompez pas : la lame de cette fameuse dague n’est pas une exception. En effet, d’autres objets précieux ont été confectionnés à partir de météorites de fer au temps de l’Egypte antique. Les chercheurs pensent que les Égyptiens percevaient très certainement ces « morceaux de fer » tombés du ciel comme un message divin et les utilisaient ainsi pour créer leurs objets les plus estimés.

Une météorite de fer
Une météorite de fer

Cette dague témoigne non seulement de la sophistication de la forge au temps de l’Egypte antique, mais aussi de la fascination que les Hommes ont toujours éprouvée à l’égard du ciel et de l’espace. En tout cas, une chose est sûre : près d’un siècle après la découverte de son tombeau, Toutânkhamon n’a pas fini de nous révéler tous ses secrets ! Si la civilisation égyptienne vous fascine, découvrez cette cité perdue de l’Egypte antique découverte 1200 ans après s’être fait engloutir par la Méditerranée.


Fiez-vous aux rêves car en eux est cachée la porte de l’éternité

— Khalil Gibran