— So geht Urlaub / Youtube

C’est à un carrefour très fréquenté de la ville que se trouve le célèbre Folk Art Park, situé à Atlanta, en Géorgie. Dans ce parc public à l’allure singulière, totems colorés et motifs psychédéliques se mêlent au paysage urbain, et rendent hommage à un artiste avant-gardiste et moderne dont le parcours est profondément lié à l’histoire de la région.

Eddie Owens Martin, connu également sous le nom de St. EOM, s’est en effet employé à bâtir à cet endroit, situé à proximité de sa maison en Géorgie, un habile croisement entre art, modernité et spiritualité.

Artiste autodidacte, St. EOM (« Om » selon la prononciation hindoue) est né dans le comté de Marion en 1908. À l’âge de 14 ans, il déménage à New York pour échapper à la vie rurale que mènent alors ses parents. Décidé à s’initier à la pratique artistique, il passe ses journées à étudier l’art dans les musées et les bibliothèques de la ville, et commence à gagner sa vie en commettant une série de petits larcins : trafic de drogue, paris et arnaques en tout genre font alors partie intégrante de son quotidien. Une attitude désinvolte vis-à-vis de la loi qui lui vaudra d’ailleurs un passage en prison pour trafic de drogue dans les années 1940. Au début des années 1950, atteint d’une forte fièvre, il est victime de visions et reçoit des messages d’esprits venant d’un lieu appelé « Pasaquan », lui ordonnant de se rendre en Géorgie et de représenter, à travers son art, un avenir pacifique pour les êtres humains.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de