— Taweepol2299 / Shutterstock.com

Un nouveau type de tempête a été identifié. Appelées « lacs atmosphériques », ces larges formations composées de vapeur d’eau concentrée se déplacent lentement et peuvent persister pendant plusieurs jours.

Des masses concentrées de vapeur d’eau

Présentée à l’occasion de la Réunion d’automne 2021 de l’Union américaine de géophysique, cette découverte a été réalisée par les spécialistes de l’atmosphère Brian Mapes et Wei-Ming Tsai alors qu’ils étudiaient les schémas météorologiques au-dessus de l’océan Indien. Une région du globe qui, selon eux, reste assez peu étudiée par les météorologues. L’équipe a ici spécifiquement examiné les modèles quotidiens de pluie et de vapeur d’eau.

Les nouvelles structures sont liées aux rivières atmosphériques, un phénomène courant et bien étudié impliquant des panaches longs et fins d’humidité concentrée qui peuvent s’étendre sur des milliers de kilomètres. Se déplaçant rapidement, celles-ci peuvent transporter d’énormes volume d’eau, qu’elles déversent dans leur sillage sous forme d’une bande de pluie.

D’après l’équipe, les lacs atmosphériques suivent un processus de formation semblable à celui des rivières avant de se rétrécir, formant une masse isolée et concentrée de vapeur d’eau. Ces lacs dérivent alors très lentement dans le ciel, dans des zones où la vitesse du vent est à peu près nulle et peuvent engendrer d’importants volumes de précipitations.

Données satellitaires de l’océan Indien montrant la formation d’un « lac atmosphérique » — © Brian Mapes/ NOAA ERA-Interim reanalysis data set

Selon l’équipe, de telles formations contiennent suffisamment d’eau pour former une flaque de quelques centimètres de profondeur et d’environ 1 000 km de large.

17 lacs atmosphériques ayant persisté plus de six jours identifiés

Cinq années de données satellitaires de l’océan Indien ont été analysées, conduisant à l’identification de 17 lacs atmosphériques ayant persisté plus de six jours. Ces derniers se sont formés tout au long de l’année, généralement à moins de 10 degrés de l’équateur. Les chercheurs précisant qu’ils peuvent également se produire plus loin, et sont alors susceptibles de se transformer en cyclones tropicaux.

Les lacs atmosphériques ont tendance à se former à partir de courants de vapeur d’eau provenant de la région indo-pacifique, puis à dériver lentement vers l’ouest jusqu’à atteindre la côte orientale de l’Afrique. Ce faisant, ils peuvent apporter beaucoup de pluie à ces régions.

Les deux chercheurs prévoient de continuer à étudier les lacs atmosphériques, afin de déterminer s’ils peuvent se former dans d’autres régions du monde et comment ils pourraient être affectés par le changement climatique.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments