Blockchain
— Iaremenko Sergii / Shutterstock.com

La cryptomonnaie est de plus en plus présente dans notre vie moderne. Et lorsqu’on parle de cryptomonnaie, parler de blockchain est inévitable. Mais on en parle sans vraiment savoir ce que c’est. La question est donc de savoir qu’est-ce que la blockchain ?

Une technologie qui a été vulgarisée grâce à la cryptomonnaie

Dans des termes simples, la technologie blockchain – ou chaîne de blocs – est définie comme un registre décentralisé et distribué qui enregistre la provenance d’un actif numérique. Les chaînes de blocs sont surtout connues pour leur rôle crucial dans les systèmes de cryptomonnaie, notamment le bitcoin. En effet, la blockchain est cruciale pour l’existence, l’intégrité et la sécurité des cryptomonnaies. En fait, de par sa conception inhérente, les données d’une blockchain ne peuvent pas être modifiées.

Autrement dit, la blockchain est une technologie d’enregistrement conçue pour rendre impossible le piratage du système ou la falsification des données qui y sont stockées, le rendant ainsi sécurisé et immuable. Comme son nom l’indique, une blockchain est composée d’une liste croissante d’enregistrements de blocs, et ces blocs sont liés ensemble de manière sécurisée à l’aide de la cryptographie. Notons que la cryptographie est une méthode de protection des informations et des communications par l’utilisation de codes.

Grâce à la cryptographie, seuls ceux qui sont autorisés à accéder aux informations protégées peuvent les lire et les traiter. Cette technologie est notamment dérivée de concepts mathématiques et d’un ensemble de calculs basés sur des règles appelés algorithmes pour transformer les informations et les rendre difficiles à déchiffrer. Autrement dit, cela signifie que la cryptographie est l’une des garanties qui assurent que les informations contenues dans les chaînes de blocs sont parfaitement sécurisées.

blockchain
— NicoElNino / Shutterstock.com

Comment se forme une blockchain ?

Par ailleurs, il faut comprendre que comme les blocs sont destinés à collecter des informations, ils ont ainsi des capacités maximales de stockage. Lorsque les blocs sont remplis, ils sont fermés et liés au bloc précédemment rempli, formant une chaîne de données. C’est ainsi que se forme une blockchain. Toutes les nouvelles informations qui suivent ces chaînes fraîchement ajoutées sont compilées dans un autre bloc nouvellement formé qui sera ensuite ajouté à une autre chaîne une fois remplie.

C’est cette structure qui permet de créer une chronologie irréversible des données lorsqu’elle est mise en œuvre de manière décentralisée. D’ailleurs, chaque bloc de la chaîne reçoit un horodatage exact – un dispositif qui lie une date et une heure exacte à une information ou à une donnée informatique – lorsqu’il est ajouté à la chaîne. De plus, chaque nouveau bloc est également associé à un identifiant appelé hachage. Chaque bloc possède un hachage qui lui est propre, et chaque hachage créé fait référence au hachage du bloc précédent.

Autrement dit, tous les blocs sont immuablement liés entre eux, et c’est ce qui les rend inviolables. Ainsi, la blockchain peut finalement être simplement décrite comme une technologie quasi infaillible pour assurer la protection de données numériques. Cependant, il n’y a pas que des avantages aux blockchains. Les blockchains sont notamment nocives pour l’environnement, car leur utilisation nécessite l’usage d’ordinateurs super-puissants très énergivores.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments