— Denis Belyaevskiy / Shutterstock.com

Certes, les zombies n’existent que dans la science-fiction, mais cela reste tout de même une curiosité scientifique que certains chercheurs explorent dans certaines réalités. S’il est vrai qu’il existe des phénomènes ressemblant étrangement à des zombies dans le règne animal, les morts-vivants existent également dans le délire psychique de certains individus, et c’est ce qu’on appelle le syndrome de Cotard.

Le nihilisme au cœur du syndrome de Cotard

Les troubles mentaux les plus courants – comme l’anxiété, la dépression et la boulimie – sont souvent sous le feu des projecteurs. Mais de nombreuses autres maladies psychiques, tout aussi complexes, existent sans pour autant recevoir la même attention. La raison qui explique cette disparité étant notamment que ces autres maladies sont très rares et plus mystérieuses. L’une d’elles s’appelle le syndrome de Cotard : c’est un syndrome délirant, une maladie rare marquée par la fausse croyance qu’une personne ou des parties de son corps sont mortes, mourantes ou n’existent pas. Le patient peut également se croire immortel ou maudit.

D’autres symptômes comme la négation de l’intellect, le déni de l’existence ou le déni de la capacité de manger peuvent également toucher certains patients. En niant l’existence de certaines parties du corps, de nombreux patients atteints du syndrome de Cotard arrivent souvent à la conclusion qu’ils sont morts, et n’ont alors plus besoin de manger, de dormir, de se doucher ou toute autre activité humaine normale. Ces derniers peuvent également nier l’existence du monde, des liens familiaux ou tout autre lien social. Dans ces cas-là, le syndrome de Cotard est associé à un autre trouble nerveux : le syndrome de Capgras.

En ce qui concerne la cause exacte du syndrome de Cotard, elle n’est pas bien comprise, mais elle est souvent associée à une dépression sévère. D’autres problèmes de santé mentale comme le trouble bipolaire, la schizophrénie, la catatonie ou la dépression psychotique peuvent également être associés au syndrome. Il peut également être lié à des affections neurologiques comme les tumeurs cérébrales, la démence, l’épilepsie, la sclérose en plaques ou la maladie de Parkinson.

Un trouble mental qui est encore mal compris

Pour l’instant, les scientifiques ne savent pas comment certains de ces problèmes peuvent induire le syndrome de Cotard, mais certains scientifiques pensent que cela pourrait également être une maladie génétique. Beaucoup d’inconnus subsistent sur ce trouble psychique. Étant donné le manque d’informations sur le sujet, le syndrome de Cotard n’est pas reconnu comme un trouble distinct par le DSM-5, un manuel des troubles mentaux qui est publié par l’American Psychiatric Association. Quoi qu’il en soit, le manque de reconnaissance de cette maladie n’est pas sans conséquence, dans la mesure où cela rend difficile le diagnostic du trouble.

Le syndrome de Cotard n’étant pas un trouble mental officiellement reconnu, il n’y a en effet aucune liste de critères standardisés pour diagnostiquer la maladie. Le traitement est tout autant difficile, puisque contrairement aux autres troubles mentaux reconnus, on ignore quelle est son origine. La maladie peut cependant être parfaitement traitée, bien que cela puisse prendre du temps de trouver la meilleure méthode pour le patient concerné. Les soins apportés peuvent inclure des traitements médicamenteux, mais également de la psychothérapie et de la thérapie comportementale. Selon un article publié sur Case Reports in Psychiatry en 2012, la thérapie électroconvulsive serait également un traitement efficace.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de