radiotelescope-chime-frb
— © CHIME / MIT News

Un signal radio extrêmement étrange a récemment été capté en provenance de l’espace lointain. Présentant des pulsations semblables à des battements de cœur, celui-ci a duré environ 1 000 fois plus longtemps que les autres sursauts radio rapides.

« C’est la première fois que le signal lui-même est périodique »

Comme leur nom l’indique, les sursauts radio rapides (FRB) sont des signaux radio provenant du cosmos qui s’avèrent extrêmement rapides et brefs : ils ne durent généralement que quelques millisecondes. Si certains d’entre eux ne se produisent qu’une seule fois, d’autres sont connus pour se répéter, soit de manière aléatoire, soit selon un schéma prévisible. Depuis leur découverte il y a un peu plus d’une décennie, des centaines ont été captés.

Dans le cadre de travaux détaillés dans la revue Nature, une équipe d’astronomes utilisant le radiotélescope CHIME a détecté un FRB des plus atypiques. Alors que l’ensemble des signaux de ce type captés jusqu’à présent ne duraient que quelques fractions de seconde, FRB 20191221A a persisté plusieurs secondes. Plus étrange encore, les ondes radio le composant se sont répétées toutes les 0,2 seconde, un schéma jamais observé dans aucun autre FRB.

« C’était très inhabituel », a déclaré Daniele Michilli, auteur principal de l’étude. « Il était non seulement très long, d’une durée d’environ trois secondes, mais présentait des pics périodiques remarquablement précis, intervenant chaque fraction de seconde – boum, boum, boum – comme des battements de cœur. C’est la première fois que le signal lui-même est périodique. »

Magnétar
Vue d’artiste d’un magnétar — Jurik Peter / Shutterstock.com

En dépit de ses caractéristiques uniques, les chercheurs affirment que l’objet émetteur le plus probable est le principal suspect à l’origine de la plupart, voire de la totalité, des FRB : une étoile à neutrons. L’analyse du schéma de l’impulsion suggère qu’elle provient soit d’un pulsar (type d’étoile à neutrons émettant des faisceaux d’ondes radio depuis ses pôles), soit d’un magnétar (une étoile à neutrons dotée d’un champ magnétique extrêmement puissant).

Une source mystérieuse

FRB 20191221A s’est cependant avéré plus d’un million de fois plus « brillant » que toute émission de tels astres jamais observée dans notre propre galaxie. Selon les auteurs de l’étude, ce signal pourrait émaner d’un pulsar ou d’un magnétar normalement beaucoup plus faible, ayant, par hasard, émis une salve dans notre direction.

« CHIME a détecté de nombreux FRB présentant des caractéristiques différentes », a déclaré Michilli. « Certains provenant d’environnements encombrés, ou au contraire parfaitement dégagés. Les propriétés de ce nouveau signal indiquent la présence d’un nuage de plasma extrêmement turbulent autour de sa source. »

L’équipe va continuer à scruter la région du cosmos d’où provenait l’étrange signal, dans l’espoir de capter de nouvelles salves qui pourraient contribuer à élucider ce mystère.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments