La galaxie ancienne GN-z11 vue par le télescope spatial Hubble — © NASA / ESA / P. Oesch / Yale University

Des scientifiques chinois pensent avoir identifié une gigantesque explosion dans l’Univers lointain. Si cela se confirme, il s’agirait du plus ancien sursaut gamma connu, s’étant produit environ 400 millions d’années après le Big Bang.

Une galaxie située à 32 milliards d’années-lumière de la Terre

Alors que Linhua Jiang et ses collègues de l’université de Pékin utilisaient l’observatoire Keck (Hawaï) pour étudier GN-z11, plus faible et ancienne galaxie connue de l’Univers, celle-ci est devenue des centaines de fois plus lumineuse pendant un peu moins de 3 minutes. Selon les chercheurs, dont les observations ont été détaillées dans la revue Nature Astronomy, il s’agirait vraisemblablement d’un sursaut gamma, type d’évènement observé auparavant dans d’autres galaxies, se produisant lorsque certaines étoiles géantes explosent en supernova.

Nous voyons GN-z11 telle qu’elle était il y a 13,4 milliards d’années, ce qui signifie qu’elle a été l’une des premières galaxies à se former après le Big Bang. Cependant, en raison de l’expansion de l’Univers, cette dernière se trouve à environ 32 milliards d’années-lumière de la Terre. Un phénomène ayant également eu pour effet d’allonger la durée de l’évènement observé par les chercheurs chinois, qui n’aurait probablement duré qu’une vingtaine de secondes.

Auparavant, l’explosion de rayons gamma la plus lointaine jamais enregistrée s’était produite environ 500 millions d’années après le Big Bang, soit 100 millions après l’évènement supposément survenu au sein de GN-z11. Ce qui ferait de ce dernier le plus ancien jamais observé, et suggère que les premières galaxies de l’Univers étaient bien plus actives que les scientifiques ne l’estimaient jusqu’à présent.

Vue d’artiste d’un sursaut gamma — © NASA / Swift / Mary Pat Hrybyk / Keith and John Jones

Des observations surprenantes

« La probabilité de détecter une salve de rayons gamma dans une galaxie particulière est proche de zéro », souligne Jiang. « Si vous en observiez une pendant un million d’années, vous n’identifierez probablement qu’une poignée de ces sursauts. C’est pourquoi nos observations se révèlent si surprenantes. »

Bien qu’il soit peu probable que le signal d’un satellite ou un objet céleste (astéroïde) soit responsable de l’explosion de luminosité observée par les chercheurs, ceux-ci rappellent qu’il n’y a malheureusement aucun moyen d’écarter totalement cette possibilité, étant donné que l’évènement est passé.

Toutefois, les auteurs de l’étude estiment que la luminosité enregistrée lors de l’évènement et sa durée correspondraient davantage à celles d’un sursaut gamma, qui étaient probablement plus courants que prévu à cette époque lointaine. « Soit nous avons eu beaucoup de chance, soit le taux de sursauts gamma était plus élevé que celui que nous prévoyions », conclut Jiang.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de