— © Viktor Trifonov et al. / Antiquity 2022

Le réexamen d’un ensemble de longs tubes d’argent et d’or provenant d’une célèbre sépulture du Caucase a révélé qu’il s’agissait des plus anciennes pailles à boire existantes, vraisemblablement dédiées à la consommation commune de bière.

Des granules d’amidon d’orge

Ces huit tubes vieux de plus de 5 000 ans avaient été découverts en 1987, lors de la fouille du kourgane de Maïkop, une tombe réservée aux élites de l’âge du bronze dans le Caucase du Nord. Les chercheurs avaient par la suite conclu que ces tubes de plus d’un mètre de long étaient des mâts pour un baldaquin ou, en raison de la présence de figurines de taureaux sur certains d’entre eux, des sceptres. Dans le cadre de travaux publiés dans la revue Antiquity, des chercheurs russes ont décidé de les réexaminer afin d’établir leur véritable fonction.

« La découverte de granules d’amidon d’orge dans les résidus trouvés à l’intérieur de l’une des pailles a constitué un tournant », explique Viktor Trifonov, chercheur à l’Académie des sciences de Russie et auteur principal de l’étude. « Cela a fourni une preuve matérielle directe que les tubes du kourgane de Maïkop étaient utilisés pour boire. »

La présence de telles granules suggère que les pailles étaient utilisées pour boire de la bière, ce qui rejoint d’autres preuves de telles pratiques dans la civilisation mésopotamienne primitive de Sumer du troisième millénaire avant notre ère, à des centaines de kilomètres de là. Les œuvres d’art de cette époque montrant notamment des personnes se rassemblant autour de récipients et utilisant de longues pailles, dotées de crépines métalliques pour filtrer les impuretés de la bière ancienne.

Extrémité des tubes réexaminés par les chercheurs — © Viktor Trifonov et al. / Antiquity 2022

Les nombreuses similitudes avec les pailles de Maïkop, présentant également un système de filtration similaire, ont permis aux chercheurs de conclure que ces dernières étaient utilisées pour consommer de la bière, bien que l’équipe n’ait pas été en mesure de confirmer que l’orge découverte à l’intérieur avait été fermentée.

Une pratique ancestrale

Si ces spécimens représentent les plus anciennes pailles à boire existantes, il existe des preuves plus anciennes de l’existence de tels ustensiles. Des sceaux datant du cinquième et du quatrième millénaire avant notre ère, en Iran et en Irak, montrent des personnes utilisant des pailles pour boire dans des récipients communs, ce qui suggère que cette pratique est encore bien plus ancienne.

Il est intéressant de noter que parmi les objets extraits du kourgane de Maïkop figurait un récipient suffisamment grand pour contenir sept pintes de bière pour chacun des huit buveurs présumés.

« Ces découvertes permettent de mieux comprendre les débuts des banquets rituels et la culture de la boisson dans les sociétés hiérarchisées », explique Trifonov. « Avant cette étude, je n’aurais jamais cru que le principal objet découvert dans la plus célèbre sépulture d’élite du Caucase du début de l’âge du bronze, ne serait ni une arme ni un bijou, mais un ensemble de pailles précieuses pour boire de la bière. »

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments