— fizkes / Shutterstock.com

La Suède est touchée par un phénomène aussi surprenant qu’inquiétant : le mystère d’enfants « endormis ». Explications.

Nola et Helan

Une neurologue irlandaise, dont les propos ont été relatés par Courrier international, a décrit une histoire qui s’est déroulée à Horndal, dans le pays scandinave. Il s’agit de celle de Nola, jeune fille d’une dizaine d’années particulièrement endormie et qui réagit à peine, voire pas du tout, lorsque plusieurs personnes entrent là où elle dort. « Elle est comme ça depuis plus d’un an et demi », explique à son sujet la docteure Olssen.

Toutefois, Nola n’est pas la seule à être dans un état d’apathie : sa sœur, Helan, « n’en est qu’aux premiers stades de la maladie », rapporte la docteure Olssen.

Des centaines d’enfants « endormis »

Nola et Helan ne sont malheureusement pas les seules à être touchées par ce phénomène. En effet, des centaines de jeunes réfugiés sont tombés dans un état d’apathie et d’endormissement en Suède ces vingt dernières années et sans que personne ne parvienne à comprendre pourquoi. On les appelle les « enfants endormis ».

D’après plusieurs sources, ce phénomène serait apparu dans les années 1990. Par exemple, rien qu’entre 2003 et 2005, 424 cas ont été recensés. Depuis, plusieurs centaines d’autres ont été dénombrés. De plus, s’il touche filles et garçons, ce sont ces premières qui sont le plus touchées.

Une maladie que l’on explique peu

Les enfants endormis ne souffrent d’aucune maladie apparente, mais restent dans un état d’apathie généralisé. Allongés, les yeux fermés, ils sont immobiles et ne font que respirer. Ils sont dans un état de sommeil sans fin. En outre, tout comme les patients comateux, ils sont perfusés par une sonde nasogastrique.

D’après la neurologue irlandaise, ces enfants, avant de tomber dans un profond sommeil, ont développé de l’anxiété ainsi que des symptômes dépressifs. Elle détaille : « Ils cessent de jouer avec les autres d’abord, avant d’abandonner totalement le jeu. Ils se replient progressivement sur eux-mêmes, au point, rapidement, de ne plus pouvoir aller à l’école. Ils parlent de moins en moins, jusqu’à ne plus dire un mot. Vient ensuite l’alitement. À terme, ils cessent toute interaction avec le monde. »

Encore aujourd’hui, cette maladie est très complexe à expliquer. Les examens médicaux n’ont donné aucun résultat. Les électroencéphalogrammes ont montré que, contrairement aux apparences, ils sont conscients. Il ne s’agit également en aucun cas d’un caprice ou d’une comédie. Les médecins suédois ont fini par appeler ce phénomène le « syndrome de la résignation ».

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de