Vue d’artiste du système MOST chargeant un appareil mobile — © Chalmers University of Technology / Daniel Spacek, neuroncollective.com

Des chercheurs suédois ont dévoilé la dernière version en date de leur prometteur dispositif de stockage de l’énergie solaire sous forme liquide, jetant les bases d’une électronique auto-rechargeable.

Une technologie prometteuse

Développée par les chercheurs de l’université de technologie de Chalmers depuis plus d’une décennie, la technologie MOST (MOlecular Solar Thermal) repose sur une molécule composée de carbone, d’hydrogène et d’azote. Au contact de la lumière du soleil, les atomes de cette dernière se réarrangent, modifiant sa forme et la transformant en un isomère riche en énergie qui peut être stocké sous forme liquide.

L’énergie captée par le dispositif MOST peut être conservée pendant 18 ans, avant qu’un catalyseur spécialement conçu ne redonne à la molécule sa forme initiale et libère l’énergie sous forme de chaleur. Dans le cadre de récents travaux détaillés dans la revue Cell Reports Physical Science, l’équipe suédoise a collaboré avec des scientifiques de l’université Jiao-tong de Shanghai, qui ont utilisé un générateur thermoélectrique compact pour transformer cette chaleur en électricité.

« Le générateur est une puce ultra-mince qui pourrait être intégrée dans des appareils électroniques tels que des casques, des montres intelligentes et des téléphones », explique Zhihang Wang, auteur principal de la nouvelle étude. « Jusqu’à présent, nous n’avons généré que de petites quantités d’électricité, mais les derniers résultats montrent que le concept fonctionne vraiment. »

Le liquide utilisé par le système MOST — © Chalmers University of Technology / Per Erséus, Språng kommunikation

« Il s’agit d’une façon radicalement nouvelle de produire de l’électricité à partir de l’énergie solaire »

La puissance de sortie actuelle du dispositif expérimental a été estimée à 0,1 nW (1,3 W/m³), ce qui est assez faible, mais les scientifiques voient un grand potentiel dans leur système MOST, qui pourrait remédier à la nature intermittente de la production d’énergie solaire en la stockant pendant des mois ou des années et en permettant de l’exploiter à la demande.

« Il s’agit d’une façon radicalement nouvelle de produire de l’électricité à partir de l’énergie solaire, quels que soient le temps, l’heure de la journée, la saison ou la situation géographique », souligne Kasper Moth-Poulsen, co-auteur de l’étude. « Ce système fermé présente par ailleurs l’avantage de pouvoir fonctionner sans générer d’émissions de dioxyde de carbone. »

Ayant maintenant montré que le système peut être utilisé pour produire de l’électricité, l’équipe se concentre sur l’amélioration de ses performances, tout en travaillant à une solution commerciale abordable pour recharger des petits appareils électroniques et même chauffer nos maisons.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments