Cette tribu amérindienne vient de remporter une victoire historique face aux autorités américaines

C’est une victoire inespérée qu’ont gagné Amérindiens et écologistes aux États-Unis. Après des mois de lutte entre les promoteurs, la tribu Sioux et les écologistes, le conflit au sujet de l’installation d’un oléoduc à Standing Rock dans le Dakota du Nord a pris fin. Les autorités américaines ont voté l’abandon du projet, préservant ainsi les sources d’eau de la pollution qu’aurait pu engendrer le site.

Cela faisait plusieurs mois que le conflit faisait rage dans le Dakota du Nord, un conflit qui a pris fin le 4 décembre dernier. Après plusieurs manifestations, les autorités américaines ont tranché dans l’affaire du projet de construction de l’oléoduc Dakota Access Pipeline sur le site de Standing Rock. La construction de celui-ci est abandonné, une décision qui résonne comme une victoire pour la tribu Sioux mais aussi pour les défenseurs de l’environnement.

dakota-pancarte-anti-oleoduc

Le tracé de l’oléoduc en question devait passer par 4 états et ce sur une distance de 1 886 kilomètres. Il avait pour objectif d’acheminer le pétrole extrait dans la région jusque dans l’état de l’Illinois. Le Dakota Access Pipeline devait cependant passer sur un territoire sensible : les terres des Indiens Sioux. Si ces derniers ne sont « pas opposés à l’indépendance énergétique, au développement économique ou à la sécurité nationale » comme l’a précisé Dave Archambault (chef de la tribu de Standing Rock), la tribu était opposée au projet car il menaçait de polluer des sources d’eau potables ainsi que des sites où sont enterrés leurs ancêtres.

« Nous devons nous assurer que les décisions prises respectent nos peuples indigènes », telle était la raison qui a poussé le chef Dave Archambault à se battre contre ce projet. Dans son combat, il a été par la suite rejoint par des écologistes, des activistes environnementaux et même d’autres tribus. Les différents opposants au projet d’oléoduc ont ainsi manifesté à plusieurs reprises, des manifestations souvent sévèrement réprimées par les autorités. La tribu a également envoyé un courrier au président Barack Obama lui demandant d’intervenir pour stopper ce projet. Un courrier auquel le président a répondu en ordonnant l’abandon de celui-ci.

dakota-manifestation

Suite à cette annonce tant attendue, Dave Archambault a exprimé toute sa reconnaissance envers ceux qui ont ordonné la fin du projet de construction de l’oléoduc. « Nous soutenons de tout cœur la décision de l’administration et rendons hommage avec une extrême gratitude au courage du président Obama et des ministères concernés pour avoir pris les mesures nécessaires pour corriger le cours de l’histoire et agir dans le bon sens ».

Cette victoire est réellement historique pour le peuple amérindien. De telles protestations n’avaient pas eu lieu depuis le XIXe siècle, lors de la conquête de l’Ouest, où les Américains avaient volé les terres indiennes avant de parquer la population dans des réserves. La sous-secrétaire aux travaux publics de l’armée américaine a cependant annoncé que « la meilleure façon de procéder de manière responsable et de façon rapide est d’explorer des routes alternatives pour la traversée de l’oléoduc ». L’oléoduc pourrait donc voir le jour mais ailleurs, affaire à suivre.


Castelmoron-d’Albret, en Gironde, est la plus petite commune de France avec ses 8 petites rues

— @DailyGeekShow