Le lundi 1er juillet 2019, un incendie est survenu dans un sous-marin russe et a coûté la vie de 14 personnes. Depuis, le Kremlin entretient le secret et le flou autour de ce drame, mais de nouveaux détails émergent. Certains évoquent même le fait que ce sous-marin avait pour mission de sectionner des câbles Internet.

Un tragique accident ?

C’est le lendemain de l’accident que le monde a appris l’existence de ce dernier à travers une déclaration de la Russie. On ne sait toujours pas quel type de feu s’est déclaré, mais dans tous les cas, Moscou a confirmé que c’était un modèle d’engin à propulsion nucléaire.

Classé très rapidement secret défense, il faut bien comprendre que ce drame et sa cause ne sont connus que de l’état-major russe. Même les familles des victimes ne sont pas censées connaître les raisons d’un tel bilan. Pourtant, en moins de 20 ans, c’est le sixième drame qui frappe un sous-marin, portant le bilan à 164 morts.

Devant le refus de diffuser plus d’informations sur cet accident, la presse mondiale s’est étonnée et a cherché à en savoir plus. Le Kremlin a d’abord refusé de donner plus de détails, mais a ensuite expliqué qu’il s’agissait bien d’un sous-marin à propulsion nucléaire. Selon des investigations, il s’agirait du AS-12, baptisé « Locharik« . C’est durant une mission d’étude de fond marin dans l’Arctique que le feu se serait déclaré dans la pièce qui comprenait les batteries. Le moteur, très dangereux et nucléaire, a été préservé et est en parfait état de fonctionnement, d’après Moscou.

Les interrogations à propos d’Internet ?

Selon plusieurs sources, ce sous-marin aurait été conçu pour couper les câbles sous-marins qui livrent Internet au monde entier. Ce n’est pas un secret, les Américains sont régulièrement inquiétés par les sous-marins russes qui naviguent près des câbles transatlantiques. Ceux-ci délivrent la majorité des connexions Internet, et sont hautement importants. Nos confrères du site lemondeinformatique rapportaient déjà de telles inquiétudes il y a presque quatre ans.

Aujourd’hui, les médias se sont interrogés à propos du Losharik. Même si nous savons que ce sous-marin est en service depuis 2003, la Russie ne s’est jamais prononcée sur son objectif officiel. Les États-Unis, rejoints par d’autres responsables du monde occidental, estiment que la Russie se sert de ce sous-marin afin de surveiller des câbles situés dans les océans, voire les perturber. Aujourd’hui, l’incendie d’un engin nucléaire inquiète les autorités, mais les responsables norvégiens de la zone ont indiqué qu’aucune radiation anormale dans la zone de l’incendie n’avait été détectée. En revanche, selon le site information russe The Bell, le fait que la Russie ne publie pas de déclaration du même ordre est une grave préoccupation, et cacherait une montagne de problèmes. Les principaux renseignements viennent donc de la Norvège, et non de la Russie. Ce n’est pas sans rappeler l’accident nucléaire de Tchernobyl.

Enfin, comme le rapportent nos confrères du Figaro, le S-12 est un engin capable d’évoluer jusqu’à 6000 m de profondeur. Très secret, il a été conçu pour la recherche et les opérations spéciales, et serait tout à fait à même de neutraliser des câbles stratégiques ennemis. « Ses études ont potentiellement pour but de préparer la pose de systèmes de communication ou de détruire les systèmes de l’ennemi. » Pour rappel, les câbles sous-marins qui fournissent Internet sont responsables de près de 95 % des communications quotidiennes.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de