© Polish Centre of Mediterranean Archaeology, University of Warsaw / M. Reklajtis

Des archéologues ont découvert les ruines d’une cathédrale médiévale au nord du Soudan, sur les bords du Nil. Il s’agit d’une découverte rare. La présence d’un sanctuaire d’une si grande dimension témoigne notamment de la christianisation de la région par des missionnaires chrétiens dès le sixième siècle.

Une immense cathédrale

Les chercheurs ont découvert au Soudan des ruines d’une église monumentale liée au royaume nubien médiéval. Elle fait cinq fois la taille de la cathédrale retrouvée dans les années 1960 dans la ville de Faras, qui est située plus au sud. Selon les chercheurs, elle pourrait être la plus grande cathédrale jamais découverte en Nubie. La structure serait aussi haute qu’un immeuble de trois étages. « Ce devait être l’édifice le plus imposant de la ville, couvrant à l’époque 200 hectares », a indiqué Artur Obłuski, qui dirige les fouilles pour le compte du Centre polonais d’archéologie méditerranéenne de l’université de Varsovie.

Les archéologues ont également noté la présence de murs peints datant des dixième et onzième siècles dans la cathédrale. Les peintures représentent des personnages, qui pourraient bien être les douze apôtres. Si l’on ne peut pas confirmer cette hypothèse pour l’instant, une équipe du département de conservation et de restauration de l’Académie des Beaux-Arts de Varsovie tente de restituer les motifs dégradés pour percer leurs mystères.

Le royaume s’est rapidement développé

Rappelons que le royaume de Dongola, qui est situé au nord du Soudan, a été fondé au cinquième siècle. Également connu sous le nom de Makurie, il était placé sur la route qui relie la Nubie et l’Égypte. Le royaume a connu un développement rapide en raison de son emplacement idéal pour le commerce. On y exploitait notamment les mines, les oasis et autres.

Cette nouvelle découverte semble confirmer la conversion du royaume au christianisme dès le sixième siècle. Les chercheurs de l’université de Varsovie indiquent que cette conversion a été amorcée par l’arrivée des missionnaires chrétiens provenant d’Anatolie. En 2018, ces derniers avaient découvert une église et un monastère dans la même région qui fut islamisée après le quatorzième siècle.

Les archéologues vont continuer leurs fouilles sur le site découvert en mai dernier. Les fouilles continueront notamment jusqu’au début de l’année prochaine. Lorsque les travaux d’excavation seront terminés, une date précise de construction de la cathédrale devrait être fournie.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de