― Nuttawut Uttamaharad / Shutterstock.com

Singapour est aujourd’hui un État d’Asie prospère. Colonie des Pays-Bas, Britanniques, île soumise au Japon, puis intégrée à la Fédération des États de Malaisie, Singapour obtint son indépendance en 1965. Mais saviez-vous que Singapour n’a jamais demandé à devenir un État indépendant ?

Singapour est aujourd’hui connu comme un des États à l’économie la plus prospère. Mais aussi un État très dur, dont les lois sont appliquées à la lettre. Avant d’être indépendante, l’île de Singapour était un repaire de pirates avant de devenir une colonie hollandaise, puis britannique. Jusqu’en 1959, lorsque l’Empire britannique dote Singapour d’une Constitution propre. Lee Kuan Yew devient alors Premier ministre.

C’est alors que Lee Kuan Yew et son parti, People’s Action Party, proposent d’intégrer Singapour à la Fédération des États de Malaisie, dans l’idée que Singapour ne serait pas stable seul. Ainsi, en septembre 1963, Singapour rejoignit la Malaisie, avec le Bornéo du Nord et Sarawak.

Cependant, très vite des tensions se firent ressentir entre les populations malaisienne et chinoise. En effet, le gouvernement de Kuala Lumpur privilégiait les Malais, et Singapour étant peuplé majoritairement de Chinois, ces derniers refusaient une « nationalité malaisienne ». S’ensuivent de graves violences raciales et des tensions entre ethnies. Malgré le fait que le Premier ministre, Lee Kuan Yew, tente de trouver un consensus, la Malaisie force Singapour à prendre son indépendance.

Le 9 août 1965, Singapour obtint alors son indépendance sans l’avoir demandée, et devint une république le 22 décembre. Depuis, le pays a su se développer, au point de devenir en 2011 le 3e pays au monde avec le PIB à parité de pouvoir d’achat (PPA) par habitant (85 535 $) le plus élevé. Juste après le Qatar et le Luxembourg.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de