Pour la seconde fois depuis 2012, des mystérieux signaux radio répétés de façon identique ont été captés par le puissant télescope du réseau Chime, au Canada. Ces énigmatiques flashs cosmiques suscitent de nombreuses interrogations au sein de la communauté scientifique.

 

Un phénomène astrophysique rarissime

Installé dans la vallée de l’Okanagan en Colombie-Britannique et mis en service l’été dernier, l’observatoire astronomique CHIME (Canadian Hydrogen Intensity Mapping Experiment) comprend quatre gigantesques antennes semi-cylindriques de 100 mètres de long qui observent en permanence l’espace. En seulement quelques mois, ces dispositifs ont capté à 13 reprises de brefs signaux radio répétitifs provenant d’une mystérieuse source située à environ 1,5 milliard d’années-lumière de la Terre. Ces nouvelles observations ont fait l’objet d’une publication dans la revue Nature.

Rarissimes, ces « sursauts radio rapides » se répétant, qui n’avaient auparavant été observés qu’à une seule et unique reprise, intriguent la communauté mondiale des astronomes. Qui dit répétition dit possibilité de modélisation, et donc par extension de connaître l’énigmatique source émettant ces flashs cosmiques aussi brefs qu’intenses. Selon Fabrice Mottez, astrophysicien travaillant à l’Observatoire de Paris : « Avec deux éléments, nous avons déjà une famille. Cela laisse penser qu’il doit exister un mécanisme standard pour expliquer ces signaux étranges ».

 

Ces signaux énigmatiques proviendraient d’une lointaine galaxie

Baptisé FRB 180814, le sursaut radio rapide en question a émis pas moins de six bouffées d’ondes radio cours de l’été 2018. Jusqu’à présent, un seul cas similaire (nommé FRB 121102 et ayant été capté le 2 novembre 2012) avait été répertorié, et ces nouvelles découvertes font dire aux astrophysiciens que ces derniers pourraient être en réalité bien plus nombreux. Selon Ingrid Stairs, de l’Université de Colombie-Britannique : « Avec plus de répéteurs et plus de sources à analyser, nous pourrions être en mesure de comprendre ces puzzles cosmiques, notamment où et comment ils se forment ».

Dans les mois qui viennent, les chercheurs travaillant au sein de l’observatoire astronomique CHIME vont s’atteler à étudier les différences et les points communs entre ces deux FRB s’étant répétés et tenter de lever le voile sur leur mystérieuse origine. Parmi les hypothèses les plus probables, on retrouve celle d’une émission extragalactique (c’est à dire extérieure à notre Voie lactée) possiblement générée par une source artificielle, sachant que le premier FRB à s’être répété en 2012 semblait provenir du bord d’une petite galaxie située à environ 6 milliards d’années-lumière de la Terre.

© Pixabay

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de