— IR Stone / Shutterstock.com

La grotte de Shanidar est un site préhistorique qui a déjà révélé de nombreux trésors mais qui recèle encore de nombreux mystères. Situé dans le Kurdistan irakien, ce site a déjà livré les restes de 9 Néandertaliens. Sa “tombe aux fleurs”, de Shanidar IV, est particulièrement bouleversante puisqu’elle a révolutionné la vision des préhistoriens et archéologues concernant les cultures néandertaliennes. Mais la dernière découverte en date est également très intéressante. 

LA GROTTE DE SHANIDAR, UN SITE PRÉHISTORIQUE QUI RECÈLE DE NOMBREUX TRÉSORS

Les chercheurs ont récemment trouvé au coeur de la grotte de Shanidar un squelette néandertalien qui leur sera sans aucun doute essentiel pour mieux comprendre les rites funéraires de ces humains disparus il y a plus de 40 000 ans. Ce squelette est le premier à apparaître depuis 20 ans. Les fouilles de la grotte de Shanidar avaient commencé pour la première fois en 1950 par l’archéologue Ralph Solecki, et elles avait permis la découverte des restes partiels de neuf hommes, femmes et enfants. Certains de ces squelettes étaient regroupés et d’autres avaient des restes de pollens autour. Pour Solecki, cela signifiait que de véritables rites funéraires et d’inhumation avaient lieu sous les sociétés néandertaliennes, et que ces rites impliquaient l’utilisation de fleurs.

À partir de ce moment, la vision qu’on avait de l’Homme de Néandertal a changé. Pendant longtemps cette espèce a souffert d’une mauvaise réputation, car on l’estimait “non intelligente”. Cela a initié de grands débats dans la communauté scientifique qui, depuis, est divisée entre ceux qui croient que les Hommes de Néandertal avaient effectivement des rites mortuaires et ceux qui les croient incapables d’une telle intelligence. 

UNE NOUVELLE DÉCOUVERTE DANS LA GROTTE DE SHANIDAR

Une nouvelle découverte a toutefois été faite récemment dans cette grotte, alors que les archéologues venaient seulement collecter de nouveaux échantillons de sédiments. Ils ont véritablement découvert le squelette entier d’un Néandertalien appelé Shanidar Z par les chercheurs. Les premières analyses estiment qu’il a plus de 70 000 ans et, bien que le sexe soit encore inconnu, les dents indiquent qu’il s’agit d’un “adulte d’âge moyen à avancé”. « Nous avons pensé qu’avec de la chance, nous pourrions trouver les endroits où ils avaient trouvé des Néandertaliens dans les années 1950, pour voir si nous pouvions dater les sédiments environnants« , a déclaré Barker. « Nous ne nous attendions pas à trouver des ossements néandertaliens.« 

Un rocher trouvé à proximité de la tête de Shanidar Z a peut-être été utilisé comme marqueur pour les Néandertaliens déposant leurs morts à plusieurs reprises, dit Pomeroy, bien qu’il soit difficile de déterminer si l’intervalle entre les décès était des semaines, des décennies ou même des siècles. Sous les os de Shanidar, des assemblages de grains de pollen ont également été retrouvés, ce qui signifie pour les chercheurs qu’ils avaient été introduits alors qu’ils étaient encore dans les étamines de leurs fleurs. Autrement dit, de manière intentionnelle.

Les travaux ont été menés conjointement avec la Direction générale des antiquités du Kurdistan et la Direction des antiquités de la province de Soran. La découverte est annoncée aujourd’hui dans un article publié dans la revue Antiquity. En 2011, le gouvernement régional kurde a approché le professeur Graeme Barker du McDonald Institute of Archaeology de Cambridge afin qu’il revisite la grotte de Shanidar. Soutenues par Solecki, les fouilles initiales ont commencé en 2014, mais se sont arrêtées au bout de deux jours, alors que l’Etat islamique se rapprochait. La menace que représentait l’État islamique a fait que les recherches reprirent un an plus tard.

L’AVANCEMENT DES RECHERCHES

En 2016, dans l’une des parties les plus profondes de cette grotte, une côte a émergé du mur, suivie d’une vertèbre lombaire, puis des os d’une main droite serrée. Cependant, des mètres de sédiments devaient être soigneusement creusés avant que l’équipe puisse creuser le squelette. En 2018-2019, ils ont découvert un crâne complet, aplati par des milliers d’années de sédiments et des os du haut du corps presque jusqu’à la taille, la main gauche enroulée sous la tête comme un petit coussin.

Shanidar Z a maintenant été prêté aux laboratoires archéologiques de Cambridge, où il est conservé et numérisé pour aider à construire une reconstruction numérique, à mesure que davantage de couches de limon sont enlevées. L’équipe travaille également sur des échantillons de sédiments provenant de la nouvelle découverte, à la recherche de signes de changement climatique.

Pomeroy déclare : « Ces dernières années, nous avons vu de plus en plus de preuves que les Néandertaliens étaient plus sophistiqués qu’on ne le pensait, des marquages des grottes à l’utilisation de coquilles décoratives et de serres de rapaces. Si les Néandertaliens utilisaient la grotte de Shanidar comme site de mémoire pour l’inhumation rituelle répétée de leurs morts, cela suggérerait une complexité culturelle d’un ordre élevé. » Des études récentes ont en effet prouvé que les Néandertaliens soignaient leurs blessés, et s’occupaient des femmes enceintes. Nous savons aussi qu’ils n’étaient pas plus violents que nos ancêtres humains et qu’ils pouvaient être de vrais artistes.

1
COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
athena Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
athena
Invité
athena

Comme on a cru au XIXè siècle que les femmes Noires ou les bébés, opérés à vif, ne ressentaient pas la douleur ! A ne pas considérer un être vivant comme apte à souffrir, ressentir, éprouver, nous prouvons nos propres limites d’intelligence, notre ego démesuré… Sans parler de notre cruauté… Lire la suite »