tombe âge de pierre
Vue d’artiste de l’enfant préhistorique enterré à Majoonsuo (de son vivant) — © Tom Bjorklund

Des archéologues finlandais ont annoncé la découverte d’une sépulture de l’âge de pierre contenant les restes d’un enfant, ainsi qu’un assortiment d’objets et des fibres animales et végétales, offrant un aperçu rare des pratiques funéraires à cette époque lointaine.

La tombe d’un enfant du Mésolithique

Mise au jour sur le site archéologique de Majoonsuo, dans l’est de la Finlande, la tombe contenait les dents d’un enfant âgé de 3 à 10 ans au moment de sa mort. Les archéologues de l’Agence du patrimoine finlandais ont expliqué l’avoir découverte sous un affleurement d’ocre rouge, terre riche en fer et généralement associée aux sites funéraires et à l’art rupestre.

Sur la base de la forme trapézoïdale de deux pointes de flèches en quartz, l’équipe a déterminé que la tombe datait du Mésolithique, il y a environ 8 000 ans. L’analyse des échantillons de sol a révélé la présence de barbules de plumes d’oiseaux aquatiques qui auraient pu être utilisées pour créer un lit pour l’enfant, ainsi qu’un fragment de plume de faucon qui aurait pu décorer la queue d’une flèche, ou des habits funéraires.

À la base de la sépulture se trouvaient 24 fragments de poils de mammifères. Bien que la plupart soient très dégradés, les chercheurs ont déterminé que trois d’entre eux provenaient d’un canidé, peut-être un loup ou un chien qui aurait été placé aux pieds de l’enfant dans le cadre de l’enterrement. Il est également possible qu’ils proviennent de vêtements, notamment des chaussures fabriquées en peau de chien ou de loup, portés par l’enfant.

poil de canidé
Image au microscope électronique d’un poil de canidé trouvé sur le site — © Tuija Kirkinen

« Des chiens enterrés avec les défunts avaient été précédemment trouvés à Skateholm, un célèbre site funéraire du sud de la Suède vieux de 7 000 ans environ », explique Kristiina Mannermaa, chercheuse à l’université d’Helsinki et auteure principale de l’étude, publiée dans la revue PLOS One. « Cette nouvelle découverte est exceptionnelle et démontre que des traces de fourrure et de plumes peuvent être retrouvées dans des sépultures vieilles de plusieurs milliers d’années, y compris en Finlande. »

Un état de conservation surprenant

Les archéologues ont également identifié des fibres végétales, probablement de saules ou d’orties, qui auraient pu être utilisées pour fabriquer des vêtements ou des filets de pêche. Le sol de cette région finlandaise étant très acide, l’équipe a été stupéfaite par l’état de conservation de certains des vestiges organiques plurimillénaires.

« Trouver de minuscules fragments de vêtements et de mobilier funéraire remontant à une époque aussi lointaine a été une vraie surprise, surtout en Finlande, où tous les os non brûlés ont tendance à se décomposer », explique Tuija Kirkinen, co-auteur de l’étude. « Tout cela nous offre un aperçu très précieux des pratiques funéraires durant l’âge de pierre, avec un voyage de l’enfant dans l’au-delà ayant été soigneusement préparé. »

sépulture
Emplacement de la sépulture — © Kristiina Mannermaa
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments