Un code alchimique vieux de 400 ans enfin déchiffré ! Grâce au travail acharné de chercheurs, la pierre philosophale a livré ses secrets les plus profonds, et a pu être décryptée. Mentionnée notamment dans le premier tome de la célèbre saga Harry Potter, on en parle souvent comme étant une pierre légendaire, mythique. Une histoire mystérieuse qui prend son origine en 2019, aux Pays-Bas. 

La pierre philosophale, aussi hypothétique soit-elle, serait une substance alchimique, qui permettrait à quiconque la possède de transformer de simples métaux en or ou en argent, de guérir des maladies et de prolonger la vie humaine au-delà des limites du réel. Pour rappel, l’alchimie serait un moyen de comprendre la nature par le biais d’une part, d’expériences de chimie et, d’autre part, d’anciennes connaissances secrètes.

Représentation de la pierre philosophale dans Harry Potter
© Karen Roe / Wikipédia

Si pierre philosophale rime avec alchimie, son code, vieux de 400 ans, a réussi à être décrypté, grâce à de nombreuses connaissances alchimiques. L’histoire de ce décryptage commence en 2019, à Amsterdam, lors d’une conférence organisée par la Société pour l’histoire de l’alchimie et de la chimie.

Durant cette conférence, un étrange manuscrit a été présenté par Megan Piorko, post-doctorante au Science History Institute. Il appartenait aux alchimistes britanniques John Dee et Arthur Dee, son fils. Dans ce curieux ouvrage, on pouvait trouver notamment un tableau dit « de chiffrement ». On pouvait également y observer le titre chiffré : « Hermeticae Philosophiae medulla », ou « La moelle de la Philosophie hermétique » en français. La table serait un outil nécessaire pour décrypter le manuscrit, mais encore faudrait-il avoir la « clé » cachée, manquante, pour interpréter correctement le document. 

Hermeticae Philosophiae medulla

Ainsi, après la conférence, Megan Piorko et Sarah Lang, sa collègue post-doctorale, décident de mener l’enquête ensemble afin de réussir à déchiffrer la formule de cette pierre légendaire. 

Dès lors, les deux femmes partagent, sur le blog History of Chemistry, leurs premières analyses. Après avoir présenté à des experts en cryptologie cette incroyable découverte, une hypothèse est avancée. Le texte chiffré contiendrait une recette pour la pierre philosophale, un élixir qui permettrait, en plus de produire de l’or en transformant des métaux lambda, de prolonger la vie de la personne qui le détiendrait. Peu de temps après, ce curieux chiffre ayant suscité grand intérêt, les chercheuses Megan et Sarah reçoivent quantité de mails de personnes prétendant avoir trouvé le code. Mais un seul sort du lot : Richard Bean. Il a vraiment réussi à déchiffré le code. Ainsi, l’hypothèse des deux femmes est confirmée, et il s’avère que le texte chiffré et crypté est réellement une formule alchimique de la pierre philosophale. Commence alors un long travail de décryptage et d’analyse d’un passage de 177 mots. 

L’alchimiste à l’origine du chiffre

Plusieurs questions subsistent : qui a chiffré le texte, et pourquoi avoir choisi de le chiffrer ? 

Pour toutes les personnes qui pratiquent l’alchimie, cette discipline ne pouvait être comprise que par les vrais adeptes. Dans ce cas, crypter le secret de la pierre philosophale permet une protection supplémentaire contre les ignorants ou la fraude alchimique. 

Portrait de John Dee

Quant à l’alchimiste, il s’agit de l’anglais Arthur Dee, qui a passé une grande partie de sa carrière auprès du tsar Michel Ier de Russie en tant que médecin royal. Il a repris le manuscrit alchimique de son père, John Dee, et y a ajouté de nombreuses informations. L’écriture du tableau de chiffrement et du texte crypté ressemblerait fort à celle d’Arthur. 

Arthur a écrit en 1634 un ouvrage intitulé Arca Arcanorum, ce qui signifie Secret of Secrets. Dans ce manuscrit, il dit avoir découvert la vraie recette, la formule unique de la pierre philosophale. Arca Arcanorum est d’ailleurs illustré d’un emblème qui représente le processus alchimique concernant la pierre philosophale. Cet emblème est la copie d’un rouleau alchimique médiéval. 

Le décryptage du fameux code

Giambattista della Porta

Plusieurs indices étaient disséminés à droite et à gauche pour permettre de percer les mystères du manuscrit. En effet, positionné juste à coté du texte, se trouvait le tableau de chiffrement, écrit dans un style appelé Bellaso/Della Porta. Inventé en 1553 par Giovan Battista Bellaso, cryptologue italien, il a été rédigé pour la première fois dix ans après Giambattista della Porta. C’est donc ce style-là qui aurait été utilisé pour écrire la table qui a servi au code. 

Ensuite, la titre était écrit en latin, tout comme le texte. Cette information s’appuie notamment sur le fait que les lettres V et J n’étaient pas présentes dans le tableau. Une nouvelle intéressante pour Richard car, en effet, les modèles statistiques latins d’anciens décryptages lui étaient accessibles facilement. C’est ainsi, grâce à ses constats, qu’il a tenté de trouver la clé de chiffrement. Cela pouvait être un mot, une phrase qui peut être utilisée avec la table de chiffrement pour réussir à déchiffrer le texte en question. Rapidement, il a décelé la clé qui se trouvait à la fin du manuscrit. Inhabituel, d’autant qu’il était relativement long, de 45 lettres au total, ce qui le rendait difficile à déchiffrer ! Cela n’a pas empêché de le trouver à un deuxième endroit du manuscrit. Le message de la clé était le suivant : « sic alter iason aurea felici portabis uellera colcho », ce qui signifie « comme un nouveau Jason, vous emporterez la Toison d’or loin du chanceux Colchien ». 

La clé du manuscrit, héritée d’un mythe très ancien

Si « chrysopée » est le mot en grec ancien utilisé pour parler de la fabrication de l’or, c’est aussi le mot utilisé comme titre d’un poème alchimique de Giovanni Aurelio Augurello. Il se trouve justement que c’est de ce poème que provient la clé du manuscrit, puisqu’elle a été écrite sur la base des derniers vers. 

Représentation de Jason et les Argonautes.
— delcarmat / Shutterstock.com

Ce poème décrit le mythe de Jason et des Argonautes, qui naviguent jusqu’au pays de Colchide afin de trouver la Toison d’or. La toison représenterait, dans notre cas, la pierre philosophale elle-même. 

Dans le texte du manuscrit, il est question d’un oeuf dit alchimique, et d’un athanor qui s’avère être un four utilisé pour chauffer doucement sur une période de temps relativement longue. On y trouve aussi des consignes, comme dans une recette, qui servent à savoir combien de temps attendre pour chaque phase alchimique : le noircissement, le blanchissement et enfin, la phase rouge. Si, et seulement si, ces étapes sont suivies à la lettre, alors : « vous aurez un véritable élixir de fabrication d’or par la bienveillance duquel toute la misère de la pauvreté est mise en fuite et ceux qui souffrent d’une maladie quelconque retrouveront la santé ». 

En fait, les recettes alchimiques pourraient être reproductibles dans les laboratoires de chimie actuels. Dans le cas de la pierre philosophale, la difficulté vient à la fin, car la recette devient trop vague et donc trop difficile d’interprétation. 

Ce qu’apporte cette découverte

— Ekaterina Kompaniets / Shutterstock.com

Cette affaire de décryptage aura permis d’en savoir plus sur les premières pratiques de cryptage. Mais le déchiffrage de ce manuscrit-là aura aussi fait comprendre qu’il reste un long chemin à parcourir pour décoder les secrets de l’alchimie. Peut-être trouverons-nous d’autres énigmes semblables dans les tréfonds des archives alchimiques. 

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de