D’après une étude, la méthode la plus efficace pour remédier au changement climatique serait de planter 500 milliards d’arbres. En effet, les chercheurs du Crowter Lab étudient les solutions pour lutter contre le changement climatique. 

Une reforestation pour atténuer les effets du changement climatique

Pour la première fois, ils ont réussi à identifier où de nouveaux arbres pourraient pousser. Et ils ont pu calculer quelle quantité de carbone ces arbres pourraient stocker. Leurs constats ont été publiés dans la revue Science.

Dans les conditions climatiques actuelles, 4,4 milliards d’hectares d’arbres devraient recouvrir la Terre. Soit 1,6 milliard de plus que les 2,8 milliards d’hectares actuels. Sur ces 1,6 milliard d’hectares, 0,9 milliard remplissent le critère de non-utilisation par l’homme. Cela signifie qu’il existe actuellement une zone de la taille des États-Unis disponible pour la reforestation. 

Il faudra plus de 500 milliards d’arbres

Ces 900 000 millions d’hectares de forêts pourraient stocker exactement 205 milliards de tonnes de carbone. Cela équivaut aux deux tiers des 300 milliards de tonnes de carbone libérées dans l’atmosphère depuis la révolution industrielle.

L’étude montre également quelles parties du monde sont les plus adaptées à la reforestation. En effet, la Russie posséderait 151 millions d’hectares exploitables pour une reforestation. D’autres pays disposent également de grandes superficies comme les États-Unis (103 millions d’hectares), le Canada (78,4 millions), l’Australie (58 millions), le Brésil (49,7 millions) ainsi que la Chine (40,2 millions).

— Lightspring / Shutterstock.com

Une carte interactive sur le potentiel de reforestation

Un outil est d’ailleurs disponible sur le site du Crowther Lab pour savoir combien d’arbres pourraient y pousser et ce sur n’importe quel point du globe. Il propose également des listes d’organisations de reforestation.

Le Crowther Lab étudie toutes les solutions pour mieux allouer les ressources et identifier les régions qui, si elles étaient restaurées correctement, pourraient avoir le plus grand impact sur le climat. Il tente de fixer des objectifs réalistes – avec des objectifs mesurables pour maximiser l’impact des projets de restauration. Et de suivre les progrès – pour évaluer si les objectifs sont atteints dans le temps et prendre des mesures correctives si nécessaire.

— A3pfamily / Shutterstock.com

COMMENTEZ
12

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
9 Fils de commentaires
3 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
10 Auteurs du commentaire
Xavier gournetgoldwardBrachetAgnes HochlanderAhOui Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Meziere Marc
Invité
Meziere Marc

Planter d’un coté et bruler de l’autre c’est d’une logique implacable

Fournier Jean-Marc
Invité
Fournier Jean-Marc

Autre solution complémentaire, récupérer les volumes d’eau de la fonte des glaciers et des pôles nord et sud pour reconstituer et régénérer des réserves d’eau dans les zones désertiques de la ceinture équatoriale. Favoriser la reforestation et les cultures vivrières dans ces zones !