Les scientifiques ont fait un gigantesque pas en avant dans la recherche sur les animaux préhistoriques, et plus globalement sur les animaux éteins. Après de longues recherches, ils ont réussi à réactiver les cellules d’un animal mort il y a environ 30 000 ans… Explications.

Comment l’expérience a-t-elle été possible ?

Yuka, un mammouth laineux femelle d’environ 3,5 mètres de long, a été trouvé presque intact en pleine Sibérie, il y 9 ans. Les scientifiques se sont depuis penchés sur le sujet, et ont cherché par tous les moyens s’il était possible de redonner un souffle à cet animal. Aujourd’hui, les chercheurs expliquent que vouloir sauver cet animal n’est pas un fantasme, même si nous devons rester très prudent. Ils ont en tout cas réussi à “réveiller” les cellules du sujet.

Le mammouth est exceptionnellement bien conservé par le froid intense de la région et les scientifiques ont réussi a réveillé des “traces d’activité biologique”. Immense espoir chez les biologistes du monde entier, et de nombreux internautes s’imaginent déjà revivre le scénario de Jurassic Park. Difficile pour le moment de l’imaginer.

Ce qui est particulièrement intéressant d’un point de vue de la recherche, c’est le fait que, malgré les quelque 28 000 ans écoulés depuis, l’activité des cellules peut encore se produire. Mieux encore, nous pourrions recréer certaines parties de son organisme.

Vidéo présentant Yuka. Voyez à quel point sa conversation est bluffante.

Comment s’est déroulée l’expérience ?

Pour mener à bien leur expérience, les chercheurs se sont attelés à extraire la moelle osseuse et le tissu musculaire des restes de Yuka, le mammouth, pour y insérer des structures du même type que le noyau original. Les chercheurs voulaient savoir si Yuka pouvait récupérer les ovocytes (cellule sexuelle femelle des métazoaires) prises sur des souris.

Bonne idée, puisqu’au total, dans les 88 structures de ces noyaux qui ont été recueillies dans environ 273,5 milligrammes de tissu de mammouth, on a pu récolter des échantillons qui comportaient des cellules modifiées récemment, et donc une activité cellulaire ! « Dans les ovocytes reconstruits, les noyaux de mammouth ont montré l’assemblage du fuseau, l’incorporation d’histones et la formation nucléaire partielle », expliquent les auteurs

À quoi s’attendre dans le futur ?

Il faut toutefois nuancer cette découverte. Pour le moment, nous n’avons aucune preuve de l’activation complète des noyaux. Soyons clairs : nous sommes toujours loin d’être en mesure de ressusciter un mammouth éteint il y a des dizaines de milliers d’années. Même parfaitement conservé, c’est pour le moment impossible. Les cellules réveillées pendant l’expérience l’ont été, mais pour un bref instant uniquement.

Mais on ne peut qu’être enthousiastes devant cette avancée. Il y a 10 ans déjà, une équipe avait tenté de réaliser une expérience semblable sur un mammouth âgé de 15 000 ans, sans succès. Même dans le cas de Yuka, qui est un spécimen parfaitement conservé, jeune et en bonne santé, ou en d’autres termes un cas idéal, nous n’y arrivons pas encore. Néanmoins, il s’agit probablement d’un développement exceptionnel qui pourrait constituer une étape majeure dans la réanimation d’animaux éteints, dans un futur, on l’espère, proche.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de