— Frederic Legrand – COMEO / Shutterstock.com

La Russie a-t-elle payé des talibans afin qu’ils exécutent des soldats américains ? C’est du moins ce que dévoile un rapport des services de renseignement des États-Unis. Révélée par le New York Times, cette affaire aurait été dévoilée à la Maison-Blanche, qui n’aurait pas réagi. Cette dernière dément, de même que la Russie qui nie en bloc.

Un rapport des services de renseignement américains qui sème le doute

L’affaire, révélée par le New York Times, apporte des révélations pour le moins fracassantes. En effet, un rapport des services de renseignement américains révèle que la Russie aurait payé des talibans ou combattants islamistes proches des talibans pour tuer des soldats américains ou de l’OTAN en Afghanistan. Selon ce rapport, la Russie aurait promis des primes si les talibans menaient des attaques réussies contre des soldats américains en 2019, au moment où les États-Unis étaient engagés dans des pourparlers de paix avec eux à Doha.

Plus étonnant encore, le président américain Donald Trump aurait été mis au courant mais n’aurait pas réagi. Dimanche, la Maison-Blanche n’a pas commenté les accusations envers le Kremlin mais a démenti que le président ou le vice-président Mike Pence aient été mis au courant. Pourtant, comme le rappelle RTL, le président reçoit tous les jours des comptes-rendus de ses services secrets, il serait donc étonnant qu’il n’ait été au courant de rien. Dimanche, le président américain a affirmé : « Le renseignement vient de m’informer qu’il n’avait pas trouvé cette info crédible et donc ne l’avait pas rapportée à moi ou au vice-président. »

Des raisons encore floues

La Russie s’est empressée de démentir de telles accusations. L’ambassade russe aux États-Unis a déclaré que « ces accusations infondées et anonymes (…) ont déjà abouti à des menaces directes sur la vie des employés des ambassades russes à Washington et Londres ». Selon ce rapport, le versement des primes aurait été confié à l’unité 29155 des services militaires de renseignement russes (GRU).

De leur côté, les talibans ont nié toute collusion avec le Kremlin. « La guerre sainte menée depuis dix-neuf ans par l’Émirat islamique ne doit rien aux bienfaits d’un quelconque service de renseignement ou pays étranger. » L’Émirat islamique est le nom donné à l’Afghanistan sous le régime des talibans de 1996 à 2001.

Les raisons ayant mené à cette possible collusion entre la Russie et les talibans sont encore floues. Tout d’abord, il est nécessaire de rappeler que les 2 protagonistes entretiennent des relations, tout comme les États-Unis avec les talibans. Cette affaire ayant eu lieu lors des discussions entre les États-Unis et les talibans, on peut s’interroger sur la volonté éventuelle de la Russie de saboter ces discussions. Selon Adam Baczko, chercheur au Centre de recherches internationales (CERI) : « Cela n’aurait pas de sens. Le départ des troupes américaines était de toute façon acquis, que ce soit un an ou cinq ans plus tard. » Une autre raison évoquée est le désir de vengeance de la Russie, qui soutient le régime syrien de Bashar al-Assad. En 2018, des soldats syriens et des mercenaires russes avaient été tués lors d’une contre-offensive américaine, alors qu’ils s’approchaient d’une base américaine.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de