— pavodam / Shutterstock.com

Si le coronavirus est actuellement au cœur de toutes les préoccupations sanitaires, il ne faut pas oublier que d’autres maladies font encore des ravages de par le monde. Parmi elles, nous pouvons citer la rougeole. Selon la constatation des responsables sanitaires internationaux, cette maladie continue à faire de plus en plus de victimes.

Une hausse de 50 % dans les décès liés à la rougeole

Le nombre de cas d’infection liée à la rougeole et les décès causés par la maladie ont énormément augmenté l’année dernière. Plus précisément, il a été enregistré en 2019 le plus grand nombre de cas de rougeole en 23 ans, ont rapporté conjointement l’Organisation mondiale de la santé et les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis dans un nouveau rapport. Les cas de rougeole dans le monde sont passés à 869 770 en 2019, causant 207 500 décès ; soit une augmentation de 50 % de la mortalité face à la rougeole depuis 2016.

C’est une triste constatation après les efforts déployés entre 2010 et 2016 pour combattre cette maladie. Avec la fin de ces six années d’efforts, les cas et les décès liés à la rougeole n’ont cessé d’augmenter. Selon le rapport de l’OMS et des CDC, cet accroissement est lié à l’incapacité de vacciner les enfants à temps avec deux doses de vaccins pour la rougeole, à savoir le MCV1 et le MCV2. Par ailleurs, les pays qui ont le plus souffert de grandes flambées de rougeole sont la République démocratique du Congo, Madagascar, la République centrafricaine, la Géorgie, le Kazakhstan, la Macédoine du Nord, les Samoa, les Tonga et l’Ukraine.

Face à ce problème, l’OMS a appelé à la solidarité pour ralentir la propagation de la maladie. « Nous savons comment prévenir les flambées épidémiques de rougeole et les décès qui en résultent », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS, dans un communiqué. « Ces données montrent clairement que, dans toutes les régions du monde, nous ne parvenons pas à protéger les enfants de la rougeole. Nous devons agir ensemble pour aider les pays et inciter les collectivités à vacciner contre la rougeole chaque personne, partout, et à stopper ce virus mortel. »

— fotohay / Shutterstock.com

Les efforts de vaccination ralentis par la pandémie et par la défiance envers les vaccins

L’OMS a également précisé que la lutte actuelle pour faire face à la pandémie de Covid-19 ne doit pas freiner les efforts concernant la rougeole. Bien qu’il y ait eu moins de cas en 2020, la pandémie de coronavirus a encore ralenti les efforts de vaccination contre la rougeole. Selon les données de l’UNICEF, plus de 94 millions de personnes à risque ont manqué de vaccins contre la rougeole dans 26 pays durant la pandémie. Cela est notamment dû à l’interruption des campagnes de vaccination à cause des mesures sanitaires pour lutter contre le Covid-19, ainsi que les crises sanitaires, sociales et économiques qui en ont résulté.

« Avant qu’il y ait une crise de coronavirus, le monde était aux prises avec une crise de rougeole, et elle n’est pas partie », a ainsi rappelé Henrietta Fore, directrice exécutive de l’UNICEF, dans un communiqué. « Alors que les systèmes de santé sont mis à rude épreuve par la pandémie de Covid-19, nous ne devons pas permettre que notre lutte contre une maladie mortelle se fasse au détriment de notre lutte contre une autre. » Si la pandémie explique les problèmes de vaccination dans certains pays, ce n’est pas le cas dans de nombreux pays européens. De ce côté-là, c’est surtout la défiance envers les vaccins qui est à prendre en compte. C’est particulièrement vrai en France où près de 70 % des gens ne croient pas que les vaccins sont sûrs et 65 % ne croient pas en leur efficacité, selon une enquête de The Lancet.  

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de