Quels sont les mécanismes psychologiques qui poussent certaines personnes à se ronger les ongles ?

Se ronger les ongles est une véritable manie que l’on retrouve aux quatre coins du monde. Où que vous soyez sur la planète, vous rencontrerez toujours des personnes ayant cette addiction. Une étude récente, menée par une équipe de chercheurs canadiens, conclut que se ronger les ongles permettrait de réduire l’anxiété dans la vie quotidienne. SooCurious vous dit tout sur ces recherches.

Malgré l’importance de cette manie, appelée onychophagie, les scientifiques ont commencé à l’étudier que depuis les dernières décennies. Même le psychanalyste Freud s’est penché sur le phénomène, et selon lui une enfance trop riche en attention serait la cause de cette affliction. D’autres recherches ont montré que se ronger les ongles, s’arracher les cheveux, ou encore s’écorcher sont des formes d’automutilation (besoin de s’auto-infliger des blessures, le plus souvent des coupures), sinon comment expliquer que ces actions soient source de plaisir et de distraction ?

 

Une étude qui cherche à comprendre pourquoi certaines personnes se rongent les ongles

ronger-onglesJeune femme qui se ronge les ongles à cause du stress via Shutterstock

Toutes les anciennes théories sont désormais réfutées par la communauté scientifique, mais la prise en considération de cette addiction entraine une nouvelle question chez les scientifiques, celle de sa classification dans la liste des troubles obsessionnels compulsifs. Même si dans le dernier DSM, (un livre médical qui recense les critères définissant les maladies) l’action de se ronger les ongles entre dans les critères de reconnaissance des troubles du comportement, pour le docteur Fred Penzel (psychologue et créateur de la Fondation internationale de recherche sur le syndrome obsessionnel-compulsif) le seul fait de se ronger les ongles n’est pas considéré comme une maladie, beaucoup de comportements peuvent être répétitifs sans pour autant être compulsifs.

Pour leur étude, les chercheurs canadiens ont mis les participants dans différentes situations afin d’analyser les causes responsables de leur addiction. La frustration : on leur a par exemple confié des tâches avec un délai impossible a respecter, l’ennui : lorsqu’il ont été laissés dans une chambre avec aucune occupation, l’anxiété : par exemple devant un film mettant en scène un accident d’avion ou encore la relaxation : allongés dans une chaise longue devant une vidéo de plage. Il ont analysé les comportements des participants et on ensuite réalisé un sondage. Le résultat démontre que les personnes on plus envie de se ronger les ongles dans les situations d’ennui ou de stress que dans les situations de détente.

 

Les facteurs déclenchants

nail biting 4
Enfant qui se ronge les ongles via Shutterstock

Une autre question taraude les scientifiques, la même que se posent les patients : Etant donné le fait que la partie rationnelle de leur cerveau veut arrêter, pourquoi n’en sont-ils pas capables ? La théorie avancée pour l’expliquer serait que cette manie aurait une influence sur la manière d’exprimer nos émotions en nous stimulant lorsque l’on s’ennuie ou en ayant un effet apaisant dans une situation de stress ou de frustration. Selon les psychologues, les personnes qui se rongent les ongles sont le plus souvent des perfectionnistes, ils cherchent à satisfaire leur besoin de contrôle, et les mains sont toujours là à disposition. Se ronger les ongles aurait donc comme la cigarette une double action, celle de stimuler ou de détendre tout en étant moins nocive.

Mais la véritable question que se posent les personnes atteintes d’onychophagie c’est comment s’en débarrasser ?
La plupart des personnes concernées, savent que cette habitude est néfaste et souhaitent arrêter. Même si les avis divergent concernant les techniques, tous s’accordent sur la base : Vous devez identifier les raisons qui vous poussent à commencer, dès lors à chaque fois que vous serez confronté à ces situations vous devrez concentrer votre attention sur autre chose. Si cela ne fonctionne pas vous pourrez toujours vous rabattre sur le vernis amer qui a fait ses preuves et vous pourrez même combiner les deux stratégies pour un résultat plus efficace.

 

Se ronger les ongles peut avoir des effets néfastes sur la santé, en entraînant des infections ou la fragilisation des dents. Cette habitude commence généralement dès l’enfance et peu de personnes ont conscience que cela peut devenir une véritable addiction. Arrêter cette dernière demande beaucoup d’efforts, notamment d’un point de vue psychologique. Saviez-vous que se ronger les ongles pouvait provoquer ce genre de problèmes ou pensiez-vous que cela était inoffensif ?


Le voyage est court. Essayons de le faire en première classe.

— Philippe Noiret