Alimenté par l’énergie solaire, le Recyclamer aspire tous les déchets qui flottent à la surface des cours d’eau. Mieux encore, ce dispositif innovant mesure en temps réel la qualité de l’eau grâce à différents capteurs, et peut également capturer des nappes d’hydrocarbures grâce à un bio-tissu de fabrication française.

 

Un robot aspirateur écolo qui nettoie les ports et les cours d’eau

Afin de lutter contre le réchauffement climatique, il est aujourd’hui indispensable de protéger les écosystèmes aquatiques, et cela passe évidemment par la récupération des déchets en surface. C’est là qu’intervient le Recyclamer, un aspirateur écologique qui lutte activement contre la pollution des eaux. Cet engin particulièrement innovant a été mis au point par une entreprise de Guéret (Creuse) en collaboration avec l’École d’Ingénieurs de Limoges (Ensil), dont l’une des principales spécialités est le traitement de l’eau.

Fruit d’un an et demi de développement, le Recyclamer est alimenté par des panneaux photovoltaïques et embarque également toute une batterie de capteurs qui lui permettent de mesurer en temps réel la qualité de l’eau (Ph, température, taux d’oxygène) pendant qu’il capture les déchets, ou aspire les nappes d’hydrocarbures grâce au « BioSorb », un tissu écologique à base d’écorce d’arbre fabriqué dans le Limousin qui agit comme une sorte de buvard.

 

Ce concept innovant à déjà séduit plusieurs municipalités françaises

C’est au cours d’une séance de plongée il y a trois ans qu’Alan d’Alfonso Peral, son créateur, a pris conscience de l’omniprésence des déchets à la surface de l’eau, et a décidé de développer cet engin écolo qui sera décliné en trois versions. Comme l’a expliqué Pierre Guilhen, ingénieur ayant participé à sa conception : « Le modèle le plus petit est destiné aux ports, le modèle intermédiaire permet la dépollution des zones côtières, et il existe également un plus gros modèle, de 5 mètres de long et de 2,50 mètres de large ».

Aujourd’hui, seul le modèle le plus compact, pesant un peu plus de 65 kilos, est disponible en précommande au prix de 10 000 €. Il a déjà séduit plusieurs communes littorales en France et en Espagne, qui l’utiliseront pour nettoyer leurs ports, et ses créateurs planchent actuellement sur un système destiné à capturer les cyanobactéries, fléaux des eaux douces proliférant à une vitesse ahurissante et entraînant chaque année la fermeture de nombreux lacs et étangs en Europe.

COMMENTEZ

Inscrivez-vous ou connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de