Wikimedia / Berig

L’Aigle de sang

Dans la littérature nordique, l’aigle de sang est décrit comme une forme d’exécution ritualisée, un sacrifice au dieu Odin. Le rituel se déroulait ainsi : premièrement, ils retenaient la victime, qui était généralement un noble, face cachée, et taillaient la forme d’un aigle avec ses ailes déployées dans son dos. Ensuite, ils taillaient les côtes du sacrifié jusqu’à ce qu’elles se détachent de sa colonne vertébrale. Les côtes étaient retirées pour créer l’illusion des ailes saillantes. Bien qu’encore vivant et agonisant, les poumons de la victime étaient arrachés du trou béant et posés sur ses « ailes ». Cela faisait ainsi « flotter » ses ailes alors qu’il expirait son dernier souffle et mourrait.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de