Ma'nene
— Muslianshah Masrie / Shutterstock.com

Sur l’île indonésienne de Sulawesi, la mort n’est qu’une étape pour les Toraja, qui se livrent à d’intrigants rites funéraires impliquant les dépouilles de leurs proches.

Tradition millénaire

Connues sous le nom de « Rambu Solo », les funérailles initiales peuvent s’avérer extrêmement onéreuses. Durant le laps de temps nécessaire pour réunir les fonds (pouvant se compter en semaines, mois, voire années), le corps du défunt, conservé et habillé, « assiste » à toutes les activités quotidiennes de la famille.

Une fois la date de la cérémonie fixée, un buffle d’eau, considéré comme son « véhicule » vers l’au-delà et destiné à être sacrifié, est acheté.

Intervenant tous les trois ans, le rituel millénaire de Ma’nene (que l’on pourrait traduire par « soin des ancêtres ») est pratiqué par une partie des Toraja. Durant les trois jours précédant l’exhumation des morts du village, des prières sont déclamées par ses différents chefs.

Une fois leurs vêtements changés, les dépouilles sont exposées afin que leurs proches puissent interagir avec elles (en leur donnant notamment de la nourriture, des bonbons ou des cigarettes) et que les plus jeunes membres de la famille fassent leur connaissance. Au cours de cette cérémonie élaborée, combinant traditions indigènes et chrétiennes, les hommes se rassemblent pour chanter et danser.

Un moment de communion intense partagé avec les touristes

Si seuls les membres de la famille sont autorisés à habiller les défunts, il n’est pas rare que des touristes soient invités à assister à la cérémonie et même à prendre des photos avec les dépouilles.

On estime que les corps, traités avec du formaldéhyde, peuvent être exhumés pendant des décennies, voire plus d’un siècle.

Pour aller plus loin, découvrez 11 rituels funéraires parmi les plus spectaculaires au monde, ainsi que ces 15 traditions et coutumes insolites à travers le monde.

S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments