— © NASA, ESA, STScI, and G. Bacon (STScI) / Wikimedia Commons

Beaucoup d’entre nous ignorent ce qu’est une naine blanche. Il s’agit, en fait, d’anciennes étoiles massives qui ont brûlé tout leur carburant et qui ne sont plus que de petites enveloppes cristallines et difformes. Toutefois, ces anciennes étoiles attirent toujours l’attention des scientifiques en ce que, récemment, certains chercheurs ont découvert des éléments de croûtes planétaires dans le sillage de ces naines blanches.

Les naines blanches ont une force d’attraction phénoménale

Une équipe de chercheurs a récemment publié une étude dans la revue Nature Astronomy dans laquelle ils affirment avoir trouvé des métaux appartenant à des croûtes planétaires dans l’atmosphère de quatre naines blanches. Plus précisément, l’équipe a identifié clairement des traces de lithium, de sodium et de potassium lors de leur observation de ces quatre naines blanches via le satellite spatial Gaia.

Pour comprendre comment ces métaux planétaires ont pu atterrir là, il nous faut avant tout savoir que les étoiles actives ont une masse comprise entre un dixième et huit fois la masse du Soleil. Toutefois, lorsque ces étoiles ont épuisé leur combustible nucléaire à travers des milliards d’années, elles perdent leurs couches extérieures enflammées et deviennent des noyaux blancs, chauds et compacts qui ne font plus qu’une demi-masse solaire et une taille pas plus grande que la Terre.

De plus, soulignons que ces anciennes étoiles devenues naines blanches sont dotées d’une attraction gravitationnelle extrêmement forte et elles sont au début chaudes et brillantes. Mais à mesure que ces naines blanches vieillissent, elles deviennent froides et ternes et leur longueur d’ondes de lumière apparait dans l’atmosphère.

Des métaux semblables à notre croûte continentale ont été identifiés dans l’atmosphère des naines blanches

C’est en observant ces ondes de lumière que les scientifiques peuvent déterminer la composition élémentaire de l’atmosphère de ces naines blanches. Comme nous l’explique l’auteur principal de l’étude, Mark Hollands, astrophysicien à l’université de Warwick en Angleterre, une grande partie de l’atmosphère des naines blanches est composée soit d’hydrogène, soit d’hélium.

Toutefois, la forte gravité de la naine blanche peut aussi faire en sorte qu’elle attire d’autres éléments comme les morceaux d’une ancienne planète. Dans ces cas-là, Hollands explique que « tous les éléments de l’objet détruit peuvent libérer leur propre lumière, donnant une empreinte spectrale que les astronomes peuvent potentiellement repérer ».

Et c’est ce que Hollands et son équipe ont fait avec quatre vieilles naines blanches qui se trouvaient à moins de 130 années-lumière de la Terre. Chaque naine était âgée entre 5 à 10 milliards d’années et était suffisamment froide pour que les astronomes identifient des éléments métalliques qui brillaient dans leurs atmosphères sombres, rapporte Livescience.

Plus particulièrement, les chercheurs ont découvert des métaux qui correspondent presque parfaitement à la croûte continentale terrestre et leur hypothèse est que les restes planétaires ont été attirés par la gravité des naines blanches.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de