requin-thon
— © Christopher D H Thompson et al. / PLoS One 2022

De nouvelles observations indiquent que différentes espèces de thons préfèrent se frotter aux requins plutôt qu’à leurs congénères, probablement en raison de la rugosité particulière de la peau des squales, soulageant plus efficacement leurs démangeaisons.

Requins-grattoirs

Les chercheurs de l’université d’Australie-Occidentale sont parvenus à cette conclusion suite à l’analyse de milliers d’heures d’enregistrement provenant de caméras sous-marines déployées dans 3 régions différentes des océans Pacifique, Indien et Atlantique. Ces différentes séquences montraient un total de 117 000 animaux appartenant à 261 espèces distinctes.

Si l’objectif initial était d’observer les différents types d’interactions entre les poissons et les requins en pleine mer, les caméras ont révélé que les thons étaient plus susceptibles d’utiliser les squales comme grattoirs géants que leurs propres congénères, en dépit des risques évidents d’une telle entreprise.

« La peau des requins est très lisse dans un sens et semblable à du papier de verre dans l’autre », explique Chris Thompson, auteur principal de la nouvelle étude, publiée dans la revue PLoS One. « En se frottant contre une surface aussi rugueuse, ces poissons peuvent déloger les parasites douloureux qui s’accrochent à leur tête, leurs yeux et leurs branchies. »

requin thon
Différents exemples de thons se frottant à des requins — © Christopher D H Thompson et al. / PLoS One 2022

Il s’est avéré que 44 % de ces interactions thons-requins impliquaient des thons à nageoires jaunes (Thunnus albacares), et que les requins bleus (Prionace glauca) étaient les plus susceptibles d’être utilisés comme grattoirs (58 % des cas). En règle générale, les thons se frottaient à la partie arrière des requins, qui ne semblaient pas gênés par cette activité. « Nous avons été supris par la nonchalance des squales », souligne Thompson.

17 % des séquences de grattage impliquaient des spécimens d’une même espèce

Au total, 17 % seulement des 106 séquences de grattage étudiées impliquaient des spécimens se frottant à des membres de leur propre espèce. Les poissons plus petits, comme la bonite à ventre rayé (Katsuwonus pelamis), étant les moins susceptibles d’utiliser les requins comme grattoirs, probablement en raison de leur taille réduite impliquant un risque plus élevé d’être dévorés.

« Ce qui rend cet article vraiment intéressant, c’est le nombre considérable d’observations [de grattage] et… le fait qu’ils disposent d’un enregistrement vidéo de très haute qualité », commente Iain Barber de l’université de Nottingham Trent. « De tels travaux suggèrent que le déclin mondial des espèces de requins pourrait impacter les poissons désireux de se débarrasser des parasites nuisibles. »

À noter que l’an passé, une étude s’était attachée à déterminer pourquoi certains espèces défient la mort en se frottant aux prédateurs.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments