Chassé et malmené par l’Homme, le renard est pourtant très utile aux écosystèmes

Considéré comme nuisible à tort, le renard est chassé et piégé tout au long de l’année, sans répit. Accusé de tous les maux, tueur de poulailler, vecteur de maladie, cet animal est en réalité un prédateur très utile au maintien des écosystèmes en campagne.

À l’est de la France, 28 associations ont décidé de se battre pour le renard. Leur demande est simple : que soit retiré ce canidé roux de la liste des nuisibles. Car contrairement à l’idée communément admise, le renard est un animal utile aux écosystèmes. Et pour cela, ces associations comptent bien sensibiliser le grand public, seule solution selon elles pour contrer le lobby de la chasse.

28 associations ont décidé de défendre le renard
28 associations ont décidé de défendre le renard dans le Grand Est

Aujourd’hui, on estime à plus d’un million, le nombre de renards tués chaque année. Et pour autant, il s’agit d’un animal nécessaire à l’environnement. Chaque renard consomme entre 6 000 et 10 000 rongeurs par an. De plus, il a été prouvé que sa population se régulait seule. Inutile donc de chasser ce petit animal, qui pèse 3 à 7 kg. Au Luxembourg, la chasse au renard est interdite depuis maintenant deux ans, et leur population n’a pas proliféré pour autant.

À force de chasser cet animal, des écosystèmes complets risquent de péricliter. Et cela inquiète Franck Vigna de la Ligue de protection des oiseaux en Lorraine. Selon lui, les raisons invoquées pour que soit classé légalement le renard parmi les nuisibles sont infondées. « Il faut qu’il cause des problèmes de santé publique, or il n’y a plus de rage en France depuis 2001 », explique-t-il.

Chasser autant cet animal risque de mettre des écosystèmes entiers en danger
Chasser autant cet animal risque de mettre des écosystèmes entiers en danger

Concernant les dégâts provoqués par le renard sur la faune et la flore, « il n’y en a pas, selon Franck Vigna, il est juste susceptible de prélever une partie des lièvres, des faisans et des perdrix que les chasseurs lâchent ». Le problème est peut-être là justement : le renard dérange le chasseur, ni plus ni moins. Mais cela suffit-il à justifier un tel acharnement ?

Certainement pas, d’après Claude Maurice, le président de l’association Oiseaux nature dans les Vosges. « Les chasseurs ne l’aiment pas parce qu’ils lâchent des oiseaux de cage inadaptés, et évidemment le renard se sert de temps en temps, c’est normal ». Et le défenseur de la nature va même plus loin dans sa réflexion. La classification de nuisibles « n’a aucun sens ». Car après tout, qui est en droit de déterminer ce qui est nuisible de ce qui ne l’est pas dans la nature ? Et nuisible envers qui, si ce n’est envers l’Homme ?

Considérer le renard comme étant un animal nuisible est en réalité insensé
Considérer le renard comme étant un animal nuisible est en réalité insensé
Il est temps que l'opinion public décide à son tour de défendre cet animal
Il est temps que l’opinion public décide à son tour de défendre cet animal
Un bébé renard via Shutterstock
Un bébé renard via Shutterstock

Considérer ainsi le renard comme étant nuisible n’est autre qu’une invention de l’Etat qui se plie aux demandes des chasseurs. Il est donc grand temps que cette supercherie cesse pour laisser vivre le renard en paix. Et pour une note de douceur, observez ces 26 renardeaux adorables qui vous feront fondre de tendresse.


Il faut aimer la vie, même dans ses formes les moins attirantes

— Cousteau