― Drazen Zigic / Shutterstock.com

Alors que nous sommes en déconfinement depuis quelques semaines, il semblerait que la situation ne s’arrange pas en France. Depuis quelques jours, le nombre de cas positifs au Covid-19 a considérablement augmenté dans plusieurs régions de l’Hexagone. Une grande partie des contaminations a eu lieu dans les lieux de travail. Pour endiguer la pandémie, le gouvernement projette donc de modifier les règles sanitaires en entreprise « d’ici à la fin août ».

Les premières propositions ont été présentées aux partenaires sociaux mardi dernier

Le gouvernement a évoqué cette initiative à deux semaines de la rentrée scolaire. Comme la ministre du Travail Elisabeth Borne l’a indiqué dans une interview accordée au Journal du dimanche, les premières évolutions qu’ils proposent d’introduire ont été présentées aux partenaires sociaux mardi dernier. Elle a ajouté que les décisions devraient être prises avant la rentrée, c’est-à-dire dans les jours à venir, pour que les nouvelles règles puissent s’appliquer avant la fin du mois d’août.

Mardi dernier, la ministre du Travail a donc annoncé que le port du masque en entreprise, plus précisément dans les milieux clos collectifs, sera obligatoire à partir du 1er septembre prochain. En d’autres termes, il faudra porter un masque dans les salles de réunion, les open spaces, les vestiaires, les bureaux partagés et les espaces de circulation à compter de la date annoncée. En revanche, cette mesure ne s’applique pas dans les bureaux individuels où cela ne semble pas nécessaire.

Le télétravail reste recommandé

Mme Elisabeth Borne recommande fortement aux chefs d’entreprise de recourir au télétravail si c’est possible. En revanche, elle ne voit pas de raison de remettre en question la règle de distanciation qui s’applique actuellement dans les lieux de travail. Ainsi, la règle d’un mètre carré par salarié devrait être maintenue. En d’autres termes, nous ne reviendrons pas à la règle des quatre mètres carrés par salarié qui a été abandonnée fin juin dernier.

De son côté, le patronat ne semble pas beaucoup apprécier les nouvelles règles sanitaires prévues en entreprise. Il indique notamment que ces nouvelles mesures sont susceptibles de freiner le retour au travail ainsi que la reprise en suscitant l’inquiétude des salariés. En outre, les surcoûts qui sont à la charge des employeurs semblent également ne pas beaucoup plaire à ces derniers.

Le Medef et la Confédération des petites et moyennes entreprises militent donc pour des mesures pragmatiques et étudiées au cas par cas. « Il faut éviter d’envoyer des messages trop anxiogènes qui viendraient gripper l’activité dont tout le monde a besoin », a déclaré François Asselin, président de la CPME.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de