Soleil chaleur
― Torychemistry / Shutterstock.com

La hausse des températures est un impact direct du changement climatique. Dans une nouvelle étude, des chercheurs révèlent la liste des régions françaises qui seront les plus touchées par les chaleurs anormales au cours des trois prochaines décennies.

Plus de 20 journées anormalement chaudes en été

Les dernières vagues de chaleur en Europe ont fait un grand nombre de victimes et cela n’est pas près de s’arranger. Une étude a révélé les régions qui seront les plus exposées aux chaleurs intenses d’ici 2050.

Il s’agit d’une étude conjointe de Météo-France et de l’Institut national de la statistique et des études économiques. En effectuant des projections sur le réchauffement climatique au cours des trente prochaines années, les scientifiques ont constaté que certaines régions et certaines populations seront plus touchées que d’autres.

Grosso modo, neuf millions de personnes seront exposées à plus d’une vingtaine de journées anormalement chaudes pendant l’été d’ici la moitié de ce siècle. 80 % des citoyens français subiront notamment de 16 à 29 journées anormalement chaudes pendant cette période, alors qu’ils n’étaient pas exposés à plus de 16 journées anormalement chaudes entre 1976 et 2005. En outre, ils seront également exposés à plus de 19 nuits anormalement chaudes au cours des trois prochaines décennies.

canicule
— Pheelings media / Shutterstock.com

Quelles seront les régions les plus touchées ?

Les régions qui seront touchées par un grand nombre de journées anormalement chaudes sont l’Auvergne-Rhône-Alpes (68 % des habitants), la Bourgogne-Franche-Comté (47 % des habitants), l’Occitanie (20 % des habitants), le Grand Est (14 % des habitants) et la Nouvelle-Aquitaine (13 % des habitants).

En revanche, les populations de Bretagne, de Corse, de Normandie et de Provence-Alpes-Côte d’Azur seront moins touchées par les journées anormalement chaudes pendant l’été. Cependant, les températures augmenteront également dans ces régions.

« Cette étude donne un éclairage humain sur nos projections climatiques. La prise en compte des inégalités géographiques et sociales est essentielle pour anticiper ces changements et tenter d’amortir les conséquences », a déclaré Jean-Michel Soubeyroux, climatologue à Météo-France, sachant que plus d’un million de personnes vivant dans ces régions exposées vivent dans des logements mal isolées en raison de la pauvreté.

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments