Cette protéine qui répare des fibres nerveuses de la moelle épinière est un espoir pour les personnes paralysées

Des scientifiques ont découvert un moyen de régénérer les cellules sensorielles endommagées lors d’une blessure à la colonne vertébrale sur des rats. A l’origine de cette découverte, une protéine présente dans notre organisme. Une véritable avancée scientifique qui pourrait un jour mener à la guérison de la paralysie. SooCurious vous en dit plus sur cette découverte majeure.

Une expérience très encourageante

Colonne-vertébrale
Colonne vertébrale via Shutterstock

Les scientifiques ont été capables de traiter des blessures sur la colonne vertébrale en régénérant des combinaisons nerveuses grâce à une protéine, existant déjà dans le corps humain. Ils peuvent ainsi encourager les neurones sensoriels afin qu’il se reconstruisent et fonctionnent sur une longue période. L’étude a été publiée dans le Proceedings of the National Academy of Sciences.

En simulant des blessures graves sur le système nerveux central chez des rats de laboratoire, les scientifiques de l’université Tufts ont étés capables de montrer qu’en traitant la blessure avec une protéine nommée artémine, ils peuvent encourager la partie endommagée des fibres nerveuses à grandir de 4 centimètres. De plus, après quatre semaines de traitement les neurones régénérés sont pleinement capables de retransmettre des signaux. C’est une découverte signifiante sur les procédés de régénération de notre système nerveux central, mais selon Eric Frank, il reste encore un long chemin à parcourir.

Développer la capacité de régénération

terminaisons-nerveuses
Terminaisons nerveuses via Shutterstock

Encourager les neurones à grandir est extrêmement difficile, plus on vieillit et plus le corps perd ses capacités de guérison des cellules, et produit même des fluides qui préviennent la régénération. Les chercheurs de Tufts ont réalisé leur expérience avec l’artémine, une protéine deja connue pour sa participation dans le processus de développement des neurones. Cependant si vous pensez que la vitesse de régénération est incroyable, les nouvelles ne s’arrêtent pas là. Non seulement ils ont réussi à activer une régénération des fibres nerveuses, ce qui n’avait jamais été réalisé avant, mais ils ont aussi réussi à les faire se connecter entre elles et à reprendre leur place originelle.

Les anciennes études montraient que les nerfs régénérés restaient petits et se croisaient entre eux, mais avec l’utilisation de l’artémine les nouveaux nerfs sont capables de trouver le chemin vers leur place d’origine et de se connecter correctement. Cela suggère qu’il y a une forme de guidage chimique qui indique au neurone où il doit aller et ce qu’il doit faire qui continue de travailler même à l’age adulte, et si c’est le cas avec les neurones sensoriels, il est fort probable que ce soit le cas avec les autres types de neurones. Ce qui permettra de les faire grandir et de se connecter à leur place d’origine, explique Eric Frank.

 

nerfs-

C’est une véritable avancée pour les scientifiques ! Cela ne concerne actuellement que les neurones sensoriels mais si elle s’avère applicable à d’autres neurones, tels que les neurones moteurs, les scientifiques pourront alors travailler sur une possible réversion de la paralysie. A la rédaction, nous avons grand espoir qu’un jour les scientifiques réussissent un tel exploit. Pensez-vous que cette avancée soit aussi déterminante ?


Le monde est un endroit magnifique pour lequel il vaut la peine de se battre.

— Ernest Hemingway