― Valeriya Zankovych / Shutterstock.com

Le 8 septembre dernier, l’académie des Oscars a présenté de vastes réformes visant à mieux représenter la société au cinéma. Principal sujet de colère depuis quelques années, la diversité à l’écran est désormais encadrée par des critères bien précis.

La diversité au cinéma

C’est en 2016 que la polémique enfle. En effet, il n’y a eu aucun nommé noir au Oscars donnant lieu au hashtag #oscarsowhite et à un boycottage massif de la part des célébrités. Une fois pas deux. Il a fallu attendre les manifestations contre le racisme de cette année pour que l’académie des Oscars se décide à réformer entièrement la catégorie du meilleur film. 

C’est donc dans un communiqué que l’Academy of Motion Picture Arts and Sciences a partagé les critères à suivre pour faire partie des nommés dans la seule catégorie où tous les membres de l’académie votent. Le but est d’encourager la diversité pour la 96e cérémonie des Oscars, soit en 2024. Les films devront remplir deux des 4 critères de représentation suivants : 

  • à l’écran ;
  • au sein de l’équipe du film ;
  • dans la formation et l’accès à l’industrie cinématographique (les stages et apprentissages rémunérés pour les personnes provenant de groupes sous-représentés) ;
  • au sein de l’équipe chargée du développement et de la sortie du film (soit dans les équipes de marketing, de publicité et de distribution).

Les critères à suivre dans les films à partir de 2024

Dans un communiqué, David Rubin (le président de l’académie) et Dawn Hudson (la PDG des Oscars) souhaitent « refléter la diversité de notre population mondiale, tant dans la création de films que dans les publics qui les fréquentent ». En ce qui concerne le premier critère (à l’écran), une oeuvre doit répondre à l’un de ces trois critères :

  • un rôle principal ou un rôle secondaire important provient d’un groupe « racial » ou ethnique sous-représenté ;
  • au moins 30 % des rôles secondaires proviennent de deux groupes sous-représentés (les personnes provenant d’un groupe « racial » ou ethnique sous-représenté, les femmes, les personnes s’identifiant comme LGBTQ+ ou les personnes handicapées) ;
  • l’intrigue principale, le thème ou le récit sont axés sur un groupe sous-représenté.

La diversité dans l’équipe du film

Enfin, pour une meilleure représentation au sein de l’équipe, un film devra répondre à l’un des points suivants :

  • au moins deux postes de direction ou chefs de département (directeur de casting, directeur de la photographie, compositeur, costumier, réalisateur, monteur, coiffeur, maquilleur, producteur, chef décorateur, son, superviseur des effets spéciaux, scénariste) sont issus d’un groupe sous-représenté et au moins un d’un groupe « racial » ou ethnique sous-représenté ;
  • six membres de l’équipe du film au minimum sont issus d’un groupe « racial » ou ethnique sous-représenté ;
  • au moins 30 % de l’équipe du film est issue d’un groupe sous-représenté.

Le président de l’académie et la PDG des Oscars indiquent : « Nous pensons que ces normes d’inclusion seront un catalyseur pour un changement durable et essentiel dans notre industrie. » Pensez-vous que cette réforme va permettre une meilleure représentation des groupes sous-représentés au cinéma ?

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de