Record : le pont maritime le plus long du monde vient d’être inauguré en Chine

Rien n’arrête la Chine de Xi Jinping et sa formidable expansion urbaine. Les records tombent l’un après l’autre, et c’est de nouveau le cas cette semaine avec une nouvelle infrastructure majeure. Reliant Hong Kong et Macao avec la Chine continentale, c’est le plus grand pont maritime du monde. Cette construction s’inscrit dans le projet « Grande Baie » qui prévoit l’intégration des régions de Macao et Hong Kong au sein d’une conurbation dépassant les 75 millions d’habitants ; mais aussi une nouvelle ligne ferroviaire entre Canton et Hong Kong.

 

Des chiffres vertigineux

Située dans le sud de la Chine, cette gigantesque infrastructure a été inaugurée le mardi 23 octobre par le président chinois Xi Jinping. Dépassant les 53 kilomètres de long, à la hauteur d’un budget supérieur à un milliard de dollars, le pont est désormais disponible après deux ans de retard sur la date initiale. Il comprend un pont autoroutier et un tunnel sous-marin.

Au total, le poids est de 400 000 tonnes d’acier, et son rôle sera primordial puisqu’il relie le centre commercial de Hong Kong, « l’enclave des jeux » de Macao, mais aussi la ville de Zhuhai, dans le sud de la Chine continentale.

 

Un contexte politique régional fort

Pour rappel, Hong Kong, initialement colonie britannique à partir du traité de Nankin en 1842, est rétrocédée à la Chine en 1997, après 155 ans de domination coloniale. Cependant, la ville garde une certaine indépendance si bien que l’on parlait d’« un pays, deux systèmes ». Concrètement, la ville conserve son propre système de monnaie, de législation, politique (et donc le multipartisme, non présent en Chine) mais également ses équipes sportives nationales, son domaine internet… La Chine a promis que Hong Kong garderait une indépendance jusqu’en 2047 (50 ans après avoir été rétrocédée). Mais malgré cela, une initiative comme la construction de ce pont est perçue comme une des premières mesures pour véritablement l’intégrer à la Chine. C’est la première fois, depuis 1997, que des lois chinoises s’appliquent sur Hong Kong.

Concernant Macao, cette région a pendant plus de 400 ans été colonisée par les Portugais, et est désormais une région administrative spéciale de la République populaire de Chine depuis décembre 1999. Marquée par de graves problèmes d’inflation, l’administration post-coloniale pose toujours problème.

Ces deux régions, ne sont en réalité qu’assez peu intégrées dans les faits à la Chine, si ce n’est par le mandarin, qui est parlé par tous, mais souvent mal vu/sous-utilisé (comme à Hong Kong). L’objectif du gouvernement chinois en inaugurant ce pont, sous la présidence de Xi Jinping, est clair, à savoir bâtir la première pierre d’une unification ultérieure plus durable. Unification d’abord économique, puisque ce pont dessert les centres commerciaux.

Le coût total du projet n’a pas été dévoilé, mais Hong Kong a investi à elle seule plus de 15 milliards de dollars, d’après le South China Morning Post. Officiellement, le pont a pour but de stimuler le commerce et le tourisme, d’offrir de nouvelles possibilités de voies commerciales. Les provinces du sud de la Chine étant une région manufacturière clé, les relier aux pôles financiers permet d’ouvrir une multitude de flux économiques et de réduire le temps de transports.

Crédit : flickr.com/foreignoffice

 

Un projet qui ne fait pas l’unanimité

Certains retours sont en revanche beaucoup plus critiques. Surnommé « le pont de la mort » par certains médias locaux, le projet a souvent été critiqué pour des soupçons de corruption et, pire encore, considéré comme responsable de la mort de plusieurs travailleurs, à cause des conditions de travail déplorables. Evidemment, les médias locaux de Macao et de Hong Kong dénonce également une affirmation territoriale de la Chine, souhaitant garder une plus large autonomie vis-à-vis de l’ogre chinois.

Inauguré par le président chinois le mardi 23 novembre, le pont est ouvert au trafic autoroutier à partir du lendemain sous de multiples restrictions et limitations pour les usagers.

crédit : flickr.com/sacom_hk

Se vouloir libre, c’est aussi vouloir les autres libres.

— Simone de Beauvoir