— TK Kurikawa / Shutterstock.com

Alors que la propagation du coronavirus est ralentie, plusieurs pays européens sont passés au déconfinement. En France, des millions de citoyens ont repris le travail depuis le 11 mai dernier. Pour éviter une nouvelle vague de contaminations, le port du masque est obligatoire dans les transports en commun. De son côté, la RATP a décidé d’employer des caméras intelligentes pour savoir si les voyageurs portent des masques ou non.

Les voyageurs sont avertis de la présence des caméras via des panneaux d’affichage dans la station et sur les quais. Il s’agit d’une expérimentation permettant d’estimer combien de personnes respectent le port du masque dans les stations pendant trois mois. Ainsi, le dispositif n’a pas été installé pour détecter les resquilleurs, mais uniquement pour collecter des données statistiques.

Depuis le début du déconfinement français, douze caméras ont été installées à Châtelet, l’une des stations les plus fréquentées d’Europe. En revanche, seules six d’entre elles seront activées dans un premier temps. Les autres ne seront activées qu’au terme de l’expérimentation. Comment ça marche ? Les caméras disposent d’un « détecteur de masques », un petit ordinateur accolé à l’appareil. Un logiciel de l’entreprise française DatakaLab s’occupe ensuite de compter le nombre de visages portant un masque ou non.

Conscient de la polémique concernant le respect de la vie privée des usagers, DatakaLab assure que les images resteront confidentielles. « Toute la détection se passe dans la machine et ne génère que des jeux de données et des moyennes statistiques qui ne permettent pas de remonter à un groupe de gens », a expliqué Xavier Fischer, fondateur de la firme.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de