© Bureau du shérif du comté de Marion / Wikipédia

Tout souriait à Randall Woodfield. Seulement, ce joueur de football américain a peu à peu basculé sur le chemin de la violence. Voleur, violeur et tueur en série, Randall Woodfield est aujourd’hui connu sous le nom de I-5 Killer, en référence à l’autoroute sur laquelle il trouvait ses victimes.

Une enfance et une adolescence presque sans encombre

Si certains serial killers grandissent dans une famille dysfonctionnelle, ce ne fut pas le cas de Randall Woodfield. Il naît à Salem le 26 décembre 1950, il est le dernier-né d’une famille soudée et heureuse. Son père est cadre dans une compagnie téléphonique, et sa mère l’élève avec ses deux grandes sœurs. Tout semblait aller pour le mieux dans la famille Woodfield. En grandissant, Randall devient une véritable star du football américain. En effet, alors qu’il est au lycée, il est repéré par un entraîneur et intègre l’équipe de la ville de Newport.

Seulement, Randall Woodfield montra des signes de colère et des tendances aux petits crimes assez tôt. Alors qu’il est âgé de 11 ans, il s’exhibe devant des adolescentes sur la baie de Yaquina. Plus tard, il commet de petits délits, comme des vols, des cambriolages, ou encore du vandalisme. Par ailleurs, il est aussi enclin à des accès de colère pour lesquels il consulte un thérapeute. Cependant, ni ses parents ni ses entraîneurs ne pensaient qu’il allait commettre de telles atrocités.

Premières arrestations

Dans son adolescence, Randall Woodfield avait déjà des démêlés avec la justice pour exhibition. Dans les années 70, alors qu’il était âgé de 20 ans, il fut une troisième fois arrêté. Néanmoins, les coachs de l’équipe de football américain du Treasure Valley College, dans laquelle il est receveur, le font taire. La police le relâcha, et Woodfield ne fut pas exclu de l’équipe. Quelques années plus tard, il intègre les Green Bay Packers. Malgré ses petits déboires avec la justice, il devient receveur de l’équipe. Mais après une douzaine d’arrestations pour outrage à la pudeur, il est renvoyé en 1974. Randall Woodfield joue alors en semi-professionnel pour une saison avec les Manitowoc et travaille pour Oshkosh Truck, un fabricant de camions. Mais un jour, la NFL l’exclut définitivement.

La route de l’enfer

C’est alors que débute une véritable descente aux enfers pour Randall Woodfield. Il commence à agresser plusieurs femmes, les forçant à lui faire des fellations et les volant. La police ne tarde pas à l’appréhender, et Randall plaide coupable de ses crimes, qui selon lui résultent d’une mauvaise utilisation des stéroïdes. La justice le condamne à 10 ans de prison, mais quatre plus tard en 1979, il est mis en liberté conditionnelle. Durant son séjour en prison, il échangeait régulièrement avec une ancienne camarade de classe, Cherie Ayers. Son meurtre, datant du 9 octobre 1980, est considéré comme le premier meurtre d’une longue série qui dura cinq mois.

La même année, Randall Woodfield cambriole des maisons, braque des stations-service, agresse sexuellement des femmes, et tue le long de l’autoroute I-5, l’autoroute inter-États qui rejoint San Diego à la frontière canadienne sur la côte Ouest des USA. Il passe alors de simple délinquant sexuel à meurtrier en série oscillant entre braquages et meurtres. Quelques mois après le meurtre de Cherie Ayers, Darcey Fix et Doug Altic sont retrouvés morts chez eux. Bien que Doug soit une connaissance de Randall, ce dernier n’est pas inquiété par la police. Randall continua donc sa route sur l’I-5.

The I-5 Killer

En 1981, les crimes de celui que la police a appelé l’I-5 Bandit continuèrent. A chacun de ses vols et braquages, des témoins étaient présents et pouvaient faire une description assez fidèle de Randall. Cependant, il tentait tout de même de leurrer les autorités, portant tantôt une fausse barde, tantôt un bandeau de sport, un masque, etc. Puis mi-janvier 1981, Randall Woodfield croisa le chemin de Shari Hull et Beth Wilmot. Il les agressa et leur tira une balle derrière la tête. Shari mourut sur le coup, mais Beth survécut et donna la description de Randall aux enquêteurs.

Le mois suivant, il assassina Donna Eckard et sa fille de 14 ans. Seulement quelques jours plus tard, Julie Reitz, une ex-petite amie de Randall Woodfield, fut retrouvée tuée par balle. Randall se pensait invincible, inarrêtable, mais il fut appréhendé par la police en mars 1981. Toutes les preuves, les accusations et les témoignages convergeaient vers Randall Woodfield. Par ailleurs, les enquêteurs ont pu relier l’ex-joueur de football américain à presque toutes les victimes, puisqu’il entretenait des relations téléphoniques avec certaines d’entre elles.

Pourtant, Randall Woodfield nia en bloc. Lors de son procès, il fut tout de même condamné pour le meurtre de Shari Hull, tentative de meurtre sur la personne de Beth Wilmot et deux agressions sexuelles. Sa peine fut de 35 ans de prison. En 2012, l’avancée médico-légale a pu relier l’ADN de Randall Woodfiled à cinq autres meurtres. Il purge actuellement une peine de 157 ans de prison et est soupçonné de pas moins de 18 autres meurtres.

COMMENTEZ

avatar
  S’abonner  
Notifier de