― The Len / Shutterstock.com

La cagnotte en ligne lancée par une coalition d’ONG afin de racheter un zoo de Bretagne a dépassé son objectif avec plus de 650 000 euros collectés en moins d’une semaine. Rewild entend préparer ses pensionnaires au retour à la vie sauvage et transformer le lieu en centre de réhabilitation pour les animaux victimes de trafic.

Transformer le zoo en centre de réhabilitation d’animaux sauvages

En à peine 5 jours, la coalition d’ONG Rewild Rescue est parvenue à collecter les 650 000 euros nécessaires au rachat du zoo de Pont-Scorff, dans le Morbihan, qui compte 561 animaux (lions, éléphants, girafes, pandas roux, loups…). La somme nécessaire pour acquérir l’établissement a été rassemblée via une cagnotte en ligne relayée par de nombreuses personnalités sur les réseaux sociaux. Rendue possible grâce aux dons de milliers d’internautes, ce projet fou a reçu un coup de pouce décisif avec un don de 250 000 euros de Marc Simoncini, investisseur et fondateur de Meetic.

Comme l’a expliqué Lamya Essemlali, coprésidente de Rewild : « L’urgence, c’est de réaménager les lieux pour que les animaux aient de meilleures conditions. Nous allons aussi mener un check-up de santé de tous les animaux. » À terme, l’objectif de la coalition d’ONG est de réintroduire dans la nature les pensionnaires du zoo qui peuvent l’être et de transformer la structure en centre de réhabilitation d’animaux sauvages pour ceux ayant été saisis lors du démantèlement de trafics ou ne pouvant être relâchés. Et Rewild a déjà plusieurs pistes pour rendre ce projet « économiquement viable ».

Un projet ambitieux

Afin d’assurer le financement de cet ambitieux projet sur la durée, l’équipe souhaite s’appuyer dans un premier temps sur les dons, en mettant en valeur les « histoires » des animaux, mais également mettre en place un restaurant, un centre de formation, ainsi que des animations et une « visite en réalité virtuelle », étant donné que les animaux ne seront pas au contact du public. Rewild a par ailleurs annoncé quelle prévoyait de reprendre les salariés du zoo qui le souhaiteront.

Si la coalition d’ONG a conscience de l’ampleur de la tâche qui l’attend, la réintroduction dans la nature d’espèces ayant grandi en captivité se révélant extrêmement compliquée, ses membres expliquent se sentir prêts à relever le défi. « On est des professionnels, pas une bande d’hystériques qui ont racheté un zoo pour mettre les animaux dehors. Ça fait 25 ans qu’on travaille là-dedans, c’est notre métier », détaille Jérôme Pensu, fondateur du Biome, centre spécialisé dans la reproduction d’espèces en danger d’extinction et membre de Rewild.

La cagnotte en ligne reste ouverte afin de réunir les fonds nécessaires au fonctionnement du zoo le temps que le projet se mette en place. « Maintenant, le challenge, ça va être de faire vivre le zoo, l’objectif c’est que les gens continuent à nous soutenir », précise Lamya Essemlali. Le budget de fonctionnement mensuel du zoo est évalué à 100 000 euros par mois, et Rewild estime qu’il y aura « raisonnablement 5 à 6 mois sans rentrée d’argent ».

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de