― MasAnyanka / Shutterstock.com

L’Écosse fait un pas de plus vers la lutte contre la précarité menstruelle. Le pays britannique vient de voter la gratuité des protections périodiques. Il est le premier pays au monde à voter une telle loi. Adoptée à l’unanimité, elle va permettre à de nombreuses femmes de vivre des menstruations légèrement moins angoissantes.

Le 24 novembre, les 121 membres du Parlement local écossais ont voté, à l’unanimité, pour la gratuité des protections hygiéniques. La Première ministre, Nicola Sturgeon, a fait part, sur Twitter, de sa « fierté d’avoir voté pour cette loi révolutionnaire ».

Concrètement, comment cela va-t-il se passer ? Le texte de loi prévoit que le gouvernement permette à quiconque ayant besoin de tampons ou de serviettes partout en Écosse de les obtenir gratuitement. Les protections devront donc être disponibles dans les bâtiments publics, comme les écoles, collèges, lycées et universités, ainsi que tout autre bâtiment public. Les autorités locales, soit les 32 conseils du pays, devront s’assurer que les protections sont bien distribuées gratuitement. Elles ne seront toutefois pas proposées gratuitement dans les supermarchés.

La députée Monica Lennon est à l’origine de cette campagne. Soutenue par une large coalition d’organisations caritatives, organisations de femmes et syndicats, elle a tenu à remercier sur Twitter « tous ceux qui ont fait campagne » ainsi que les parlementaires ayant approuvé le texte. Elle a précisé : « C’est un jour de fierté pour l’Écosse et un signal au monde qu’il est possible de mettre en place un accès universel gratuit aux protections périodiques. »

La directrice générale de l’organisation caritative Plan International UK, Rose Caldwell, salue le rôle « pionnier » de l’Écosse. Elle a souligné l’importance de cette loi et expliqué qu’un « trio toxique » provoque la précarité menstruelle : le « coût des protections hygiéniques », le « manque d’éducation » et la « stigmatisation et la honte liées aux règles ». Une enquête de 2017 de cette ONG avait souligné que, sur 1 000 femmes et filles de 14 à 24 ans au Royaume-Uni, une sur 10 ne pouvait pas acheter de protections périodiques, à cause de moyens financiers trop limités. En France, une expérimentation est actuellement menée sur la gratuité des protections hygiéniques dans plusieurs collèges et lycées.

COMMENTEZ

connectez-vous pour commenter
avatar
  S’abonner  
Notifier de