— babsy / Wikimedia Commons (CC BY-SA 3.0)

Le gouvernement français en fait-il assez dans sa lutte contre la propagation du coronavirus ? Est-il suffisamment à l’écoute des services publics et de ceux qui, malgré cette épidémie, continuent à travailler dur afin de nous garantir une vie matérielle ? La réponse d’Annie Ernaux à ces questions est négative. L’autrice a récemment écrit une lettre adressée au président de la République française Emmanuel Macron, lue par Augustin Trapenard sur France Inter. 

Depuis le début du confinement, le journaliste Augustin Trapenard demande aux auteurs de lui envoyer des lettres adressées à la personne de leur choix : les lettres de Le Clézio, Ariane Ascaride et Susie Morgenstern entre autres ont déjà été lues, et c’est maintenant au tour d’Annie Ernaux, écrivaine engagée. Signe qu’un nombre élevé de personnes partage les opinions d’Annie Ernaux, ce texte avait déjà été partagé des milliers de fois sur les réseaux à peine quelques minutes après sa lecture.

En voici un extrait : “Aujourd’hui, quoique vous le proclamiez, nous ne sommes pas en guerre, l’ennemi ici n’est pas humain, pas notre semblable, il n’a ni pensée ni volonté de nuire, ignore les frontières et les différences sociales, se reproduit à l’aveugle en sautant d’un individu à un autre. Les armes, puisque vous tenez à ce lexique guerrier, ce sont les lits d’hôpital, les respirateurs, les masques et les tests, c’est le nombre de médecins, de scientifiques, de soignants. Or, depuis que vous dirigez la France, vous êtes resté sourd aux cris d’alarme du monde de la santé et ce qu’on pouvait lire sur la banderole d’une manif en novembre dernier -L’État compte ses sous, on comptera les morts – résonne tragiquement aujourd’hui.

La lettre d’Annie Ernaux nous montre en outre à quel point les inégalités sociales sont exacerbées du fait de cette crise sanitaire. En effet, tandis que les services publics travaillent dur pour assurer notre sécurité et notre avenir, et que les caissiers et éboueurs font de même pour nous assurer une vie matérielle digne quitte à mettre en péril leur santé, les financiers proposent d’instaurer la semaine de 60 heures. Il est donc désormais temps d’abandonner ce monde à l’écoute de ses sous plutôt que de ses citoyens. Cette crise sanitaire nous fait voir qu’un autre monde est possible, un monde plus solidaire et plus égalitaire.

4
COMMENTEZ

avatar
1 Fils de commentaires
3 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
4 Auteurs du commentaire
blanchotpocPapegaeymarc miettaux Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
marc miettaux
Invité
marc miettaux

d’où vient cette information  »les financiers proposent d’instaurer la semaine de 60 heures » ?? et c’est certainement ce que font déjà le personnel dans les hôpitaux ou les EHPAD sans que vous soyez au courant……….

Papegaey
Invité
Papegaey

En fait tu veux dire quoi là ?

poc
Invité
poc

Il veut dire que cest une information de gaucho juste bonne à exiter les masses.
Qui en plus est peut etre une fake news mais le temps que cela soit dementie tous les syndicas et autre seront la protester et critiquer le gouvernement.

blanchot
Invité
blanchot

il etait question de pauvreté au moment du debut du mouvement des gilets jaunes pauvreté car on voulait faire payer des taxes supplementaires sur le carburant pourtant necessaire pour qu’aille travailler les exclus des villes et le cout, theorique car il correspondait à une perte de rentrée d argent programmée pour le gouvernempent , dont l opulence , le train de vie derange car il ne respecte pas les lois, ses lois ( loi Veil 25 juillet 1994), qui dessert la sécurité Sociale dans ses differentes branches , dont l assurance maladie, les retraites , il fallait donc restreindre le… Lire la suite »